Roberto Martinez entame ce mercredi son dernier camp d'entraînement de l'année avec un noyau élargi de 29 hommes. Il reste deux matches de qualification pour l'EURO et les Diables Rouges ont déjà leur billet en poche. Samedi, ils affrontent la Russie à Saint-Pétersbourg et ils clôturent leur série de dix matches mardi contre Chypre.

Les Belges, qui se sont déjà produits à Saint-Pétersbourg il y a un peu plus d'un an, retrouveront la cité impériale avec des sentiments mitigés : c'est là qu'ils ont été battus en demi-finales par la France, future lauréate du Mondial, mais aussi qu'ils ont gagné la médaille de bronze contre l'Angleterre quelques jours plus tard.

Cette sélection appelle plusieurs constats. Un, le début tardif du camp d'entraînement, mercredi seulement. Deuxième constat : avec 8 joueurs sur 29, la Jupiler Pro League est bien représentée. Le sélectionneur n'attache pas beaucoup d'importance au mauvais début de saison d'Anderlecht. Il s'intéresse aux qualités individuelles des joueurs. En l'absence de Koen Casteels, Hendrik Van Crombrugge reste dans le noyau, comme quatrième gardien. Yari Verschaeren et Nacer Chadli restent aussi mais Elias Cobbaut fait son apparition.

Il est gaucher, ce qui est important, puisque Jan Vertonghen est blessé et que Thomas Vermaelen est douteux. En plus, il a un profil prometteur aux yeux du sélectionneur : il peut jouer dans un trio défensif ou sur le flanc, grâce à son abattage et à ses qualités offensives. Martinez a plus de possibilités avec Cobbaut qu'avec Bjorn Engels, par exemple, qui est droitier et ne peut jouer qu'à un poste, pour lequel l'entraîneur a déjà Dedryck Boyata, Toby Alderweireld, Brandon Mechele et Jason Denayer. Martinez aurait pu tester Engels et le reprendre au détriment de Mechele, qui n'a pas beaucoup de temps de jeu, mais pour le moment, le défenseur d'Aston Villa n'est pas indispensable.

Troisième constat : Leandro Trossard et Maxime Lestienne, blessés lors des précédentes sélections, reçoivent une nouvelle chance mais pas Benito Raman. Le Gantois va devoir casser la baraque à Schalke 04 pendant l'hiver et le printemps s'il veut participer à l'EURO. Le prochain stage a en effet lieu en mars et la sélection sera divulguée ensuite.

Les Diables Rouges sont déjà qualifiés pour l'EURO mais ils jouent la première place du groupe à Saint-Pétersbourg. La Russie a en effet signé un parcours aussi parfait que les Belges, à l'exception de leur revers 3-1 à Bruxelles le 21 mars. Or, la première place du groupe permettrait à la Belgique d'être protégée, en tant que tête de série, au tirage, et donc d'obtenir des adversaires plus abordables.

Un 30 sur 30 serait également historique. Avant même le début des qualifications, Thibaut Courtois en avait parlé. Il n'a été battu qu'une seule fois, par Denis Cheryshev. Un 30 sur 30 signifierait aussi que la Belgique terminerait au numéro un mondial pour la deuxième fois d'affilée et la troisième année depuis 2015. Depuis qu'on a introduit ce classement fin 1992 et qu'on y a ajouté une Équipe de l'Année en 1993, le Brésil a eu cet honneur à douze reprises, l'Espagne six fois et l'Allemagne trois fois. La Belgique peut donc égaler celle-ci.

Dire que le 3 février 2010, la Belgique était 66e au premier classement de la nouvelle décennie, coincée entre le Maroc et le Bénin... Enfin, la semaine passée, la fédération a présenté son nouveau logo et annoncé le déménagement de son siège central à Tubize durant le printemps 2021. Ce n'est pas sans conséquences pour l'aile flamande, qui possède ses bureaux avenue Houba de Strooper. Ses statuts l'empêchent de s'implanter en Wallonie. Mais il y a une solution : en janvier 2021, elle déménagera Chaussée romaine, tout près du siège central actuel.