"Les gars ont suivi à la lettre ce qui avait été programmé", a expliqué Varrella. "Nous savions que les Belges ne devaient pas penser plus d'une seconde, car s'ils ont une seconde, ils mettent le ballon où ils veulent. Nous avons été bons à les agresser, à ne pas leur laisser d'espace. Nous aurions pu limiter le score encore un peu, ce qui aurait été un énorme résultat pour nous." Varrella a confié avoir préparé ce match comme si les frères Eden et Thorgan Hazard, finalement forfaits, allaient jouer. "Nous sommes partis de cette idée-là, Eden à gauche qui rentrait dans le jeu et son frère derrière lui. Nous avons joué à 5 derrière, mais en demandant à nos deux latéraux, Grandoni et Battistini, d'effectuer un marquage individuel. Nous avons plutôt bien réussi cela." Le sélectionneur de Saint-Marin reconnaît les mérites de son homologue sur le banc belge, Roberto Martinez. "Quand il a fait monter Mertens, il nous a mis en difficulté. Car il n'y avait alors plus un mais deux ailiers de ce côté-là", a souri Varrella. (Belga)