Il y a dix jours, on avait appris que l'aéroport de Charleroi serait l'hôte des Diables Rouges durant le prochain Euro, accueillant les joueurs et le staff lors de chaque départ et retour d'un match. Jusqu'à présent, les Diables Rouges partaient toujours de Zaventem, à bord d'un avion de Brussels Airlines, le Trident, décoré aux couleurs nationales. Ce ne sera donc pas le cas durant l'Euro. L'idée derrière cette évolution est celle d'une bulle de porte à porte, depuis Tubize, où se trouve le centre d'entraînement de l'Union belge, jusqu'à la ville hôte de chaque rencontre. D'après le quotidien, la compagnie lituanienne, qu'a contracté la société anversoise Aviation Factory pour l'Union belge, paie ses hôtesses et stewards entre 540 et 1.300 euros bruts par mois - des chiffres que réfute Klasjet - alors que le salaire minimum dans ce pays est de 600 euros bruts, pour un salaire moyen proche des 1.300 euros. On est donc très loin des 1.800 euros minimum imposés dans le secteur aérien en Belgique, écrit La Libre. Du côté de la Fédération de football, on explique qu'il y avait un problème de "disponibilité" de l'avion de Brussels Airlines et on insiste sur le "confort" voulu pour les joueurs lors de ces voyages européens, qui a aussi justifié le choix de l'aéroport de Charleroi plutôt que celui de Bruxelles, notamment en termes d'embouteillages entre Tubize et Zaventem. (Belga)

Il y a dix jours, on avait appris que l'aéroport de Charleroi serait l'hôte des Diables Rouges durant le prochain Euro, accueillant les joueurs et le staff lors de chaque départ et retour d'un match. Jusqu'à présent, les Diables Rouges partaient toujours de Zaventem, à bord d'un avion de Brussels Airlines, le Trident, décoré aux couleurs nationales. Ce ne sera donc pas le cas durant l'Euro. L'idée derrière cette évolution est celle d'une bulle de porte à porte, depuis Tubize, où se trouve le centre d'entraînement de l'Union belge, jusqu'à la ville hôte de chaque rencontre. D'après le quotidien, la compagnie lituanienne, qu'a contracté la société anversoise Aviation Factory pour l'Union belge, paie ses hôtesses et stewards entre 540 et 1.300 euros bruts par mois - des chiffres que réfute Klasjet - alors que le salaire minimum dans ce pays est de 600 euros bruts, pour un salaire moyen proche des 1.300 euros. On est donc très loin des 1.800 euros minimum imposés dans le secteur aérien en Belgique, écrit La Libre. Du côté de la Fédération de football, on explique qu'il y avait un problème de "disponibilité" de l'avion de Brussels Airlines et on insiste sur le "confort" voulu pour les joueurs lors de ces voyages européens, qui a aussi justifié le choix de l'aéroport de Charleroi plutôt que celui de Bruxelles, notamment en termes d'embouteillages entre Tubize et Zaventem. (Belga)