Arrivé de Roulers à Charleroi en début de saison sans aucun bruit, Sébastien Dewaest est en train de prouver à tout le monde qu'il a le niveau et les qualités pour évoluer en première division. Récemment prolongé du côté du Mambourg, il est titulaire depuis la sixième journée dans la défense carolo. Un défenseur central belge au physique de déménageur, un jeu de tête performant et une marge de progression palpable, la comparaison est vite faite avec Philippe Albert qui fût également défenseur à Charleroi de 1985 à 1989 et de 1999 à 2000.


Mario Notaro, l'entraineur-adjoint des zèbres, a pu voir évoluer Philippe Albert à Charleroi et observe Dewaest à l'entraînement. Il voit des points communs : "Tout d'abord, Sébastien est un joueur avec beaucoup de personnalité sur le terrain, il a beaucoup de détermination dans ce qu'il fait et aussi de grosses capacités mentales. C'est ce qui va lui permettre de toujours progresser selon moi. Philippe aussi avait cette détermination et cette autorité naturelle sur un terrain. Il avait également cette envie de toujours aller de l'avant et de faire le plus possible. C'est ce qui lui a permis d'améliorer des aspects de son jeu comme sa technique. Cette année, Sébastien a dû digérer le passage en D1 mais cela fait, il a explosé et s'est imposé comme titulaire. Sa faculté de progression va déterminer s'il va pouvoir franchir les paliers ou s'il va rester un joueur du niveau de Charleroi."

Une comparaison qui fait plaisir


L'ancien joueur de Newcastle voit également des similitudes entre son jeu et celui du jeune joueur issu du centre de formation de Lille. "J'ai eu l'occasion de le voir jouer et il ne quitte plus l'équipe depuis de nombreux mois, c'est la preuve que défensivement le coach est content de lui" nous dit-il. "Maintenant, il doit encore progresser bien évidemment. Au niveau de son placement, au niveau du jeu de tête, de la relance, il doit s'améliorer. Il est jeune et il a encore beaucoup à apprendre mais s'il garde cette bonne mentalité je pense qu'il peut jouer plus haut. C'est à lui de travailler ses défauts mais il peut devenir un excellent défenseur, il a les qualités pour. Nos deux situations sont difficilement comparables. À 22 ans j'étais à Malines mais quand je suis arrivé à Charleroi je faisais aussi souvent la différence par mon physique. Je savais que j'avais énormément de points à travailler notamment au niveau du placement et au niveau de la technique et je l'ai fait au quotidien avec des joueurs qui m'ont permis de progresser à Charleroi comme Jacky Mathijsen, Norbert Beuls ou Kevin Pugh."

Quant au principal intéressé, il est flatté de la comparaison mais préfère ne pas s'emballer. "Philippe Albert, je n'ai pas eu l'occasion de le voir jouer vu que je suis né en 91 mais j'ai eu de très bons échos sur lui" nous confie-t-il. " On m'a dit qu'il était un excellent joueur. Il a même été soulier d'or en Belgique. Donc, ça parle pour lui. C'est sûr moi, la comparaison me fait plaisir, après c'est à lui de dire si je la mérite. On a tous les deux un jeu très physique et dans l'absolu je me verrai bien comme lui en Premier League. Même si pour le moment c'est trop tôt pour partir en Angleterre, je dois d'abord faire ma saison de confirmation en Belgique et après pourquoi pas aller à l'étranger. Maintenant, dans le foot on ne sait jamais ce qu'il peut se passer."

Pour Mario Notaro aussi, le chemin de Sébastien est encore long. "Il va devoir apprendre à doser ses contacts, doser sa puissance dans les duels et à avoir plus de rigueur sur le terrain. Mais il a la puissance, la vitesse, un bon pied droit et un excellent jeu de tête. Et surtout, il est très à l'écoute donc ces progressions, il peut les effectuer."

Arrivé de Roulers à Charleroi en début de saison sans aucun bruit, Sébastien Dewaest est en train de prouver à tout le monde qu'il a le niveau et les qualités pour évoluer en première division. Récemment prolongé du côté du Mambourg, il est titulaire depuis la sixième journée dans la défense carolo. Un défenseur central belge au physique de déménageur, un jeu de tête performant et une marge de progression palpable, la comparaison est vite faite avec Philippe Albert qui fût également défenseur à Charleroi de 1985 à 1989 et de 1999 à 2000. Mario Notaro, l'entraineur-adjoint des zèbres, a pu voir évoluer Philippe Albert à Charleroi et observe Dewaest à l'entraînement. Il voit des points communs : "Tout d'abord, Sébastien est un joueur avec beaucoup de personnalité sur le terrain, il a beaucoup de détermination dans ce qu'il fait et aussi de grosses capacités mentales. C'est ce qui va lui permettre de toujours progresser selon moi. Philippe aussi avait cette détermination et cette autorité naturelle sur un terrain. Il avait également cette envie de toujours aller de l'avant et de faire le plus possible. C'est ce qui lui a permis d'améliorer des aspects de son jeu comme sa technique. Cette année, Sébastien a dû digérer le passage en D1 mais cela fait, il a explosé et s'est imposé comme titulaire. Sa faculté de progression va déterminer s'il va pouvoir franchir les paliers ou s'il va rester un joueur du niveau de Charleroi." Une comparaison qui fait plaisir L'ancien joueur de Newcastle voit également des similitudes entre son jeu et celui du jeune joueur issu du centre de formation de Lille. "J'ai eu l'occasion de le voir jouer et il ne quitte plus l'équipe depuis de nombreux mois, c'est la preuve que défensivement le coach est content de lui" nous dit-il. "Maintenant, il doit encore progresser bien évidemment. Au niveau de son placement, au niveau du jeu de tête, de la relance, il doit s'améliorer. Il est jeune et il a encore beaucoup à apprendre mais s'il garde cette bonne mentalité je pense qu'il peut jouer plus haut. C'est à lui de travailler ses défauts mais il peut devenir un excellent défenseur, il a les qualités pour. Nos deux situations sont difficilement comparables. À 22 ans j'étais à Malines mais quand je suis arrivé à Charleroi je faisais aussi souvent la différence par mon physique. Je savais que j'avais énormément de points à travailler notamment au niveau du placement et au niveau de la technique et je l'ai fait au quotidien avec des joueurs qui m'ont permis de progresser à Charleroi comme Jacky Mathijsen, Norbert Beuls ou Kevin Pugh." Quant au principal intéressé, il est flatté de la comparaison mais préfère ne pas s'emballer. "Philippe Albert, je n'ai pas eu l'occasion de le voir jouer vu que je suis né en 91 mais j'ai eu de très bons échos sur lui" nous confie-t-il. " On m'a dit qu'il était un excellent joueur. Il a même été soulier d'or en Belgique. Donc, ça parle pour lui. C'est sûr moi, la comparaison me fait plaisir, après c'est à lui de dire si je la mérite. On a tous les deux un jeu très physique et dans l'absolu je me verrai bien comme lui en Premier League. Même si pour le moment c'est trop tôt pour partir en Angleterre, je dois d'abord faire ma saison de confirmation en Belgique et après pourquoi pas aller à l'étranger. Maintenant, dans le foot on ne sait jamais ce qu'il peut se passer." Pour Mario Notaro aussi, le chemin de Sébastien est encore long. "Il va devoir apprendre à doser ses contacts, doser sa puissance dans les duels et à avoir plus de rigueur sur le terrain. Mais il a la puissance, la vitesse, un bon pied droit et un excellent jeu de tête. Et surtout, il est très à l'écoute donc ces progressions, il peut les effectuer."