Pourquoi il ressemble à Van Buyten et Albert

1. Il est physique. Si on le compare si volontiers à Philippe Albert et à Daniel Van Buyten, c'est en grande partie parce que ces trois joueurs ont une présence physique énorme. Dans les duels, il faut se coltiner les trois. Tous les trois mettent également beaucoup de coeur à l'ouvrage et ne mentent jamais sur un terrain. Comme Albert et Van Buyten, Dewaest est prêt à mourir sur un terrain et à avaler des kilomètres.

2. Il est impérial dans les airs. Les trois joueurs sont des spécialistes du jeu aérien, ce qui les rend également dangereux sur phases arrêtées.

3. Il aime l'offensive. Daniel Van Buyten, attaquant de formation, a toujours bien aimé marquer. Que ce soit sur phases arrêtées ou en restant devant dans les dernières minutes d'un match. En fin de match, quand son équipe est menée, Dewaest a également souvent des fourmis dans les jambes. Philippe Albert aimait partir de sa défense et mener un raid jusqu'au rectangle. Dans un registre un peu différent, il n'est pas rare de voir Dewaest quitter sa position défensive quand il le sent bien.

Pourquoi il diffère de Van Buyten et Albert

1. Dewaest est plus vieux. Il est arrivé à Charleroi à 22 ans, trois ans plus tard que Van Buyten et cinq qu'Albert. Il a donc déjà davantage de vécu.

2. Il a eu une formation plus poussée. Quand Van Buyten est arrivé à Charleroi, il venait de Somzée (P2) alors qu'Albert arrivait de Bouillon (P1). Ni l'un, ni l'autre n'avait connu l'école des jeunes d'un grand club, ni le passage par un club de division inférieure. Dewaest a été formé à Lille et il a passé deux saisons et demie à Roulers, en D2. L'écart entre l'avant et l'après Charleroi est donc moins grand et plus progressif pour Dewaest qui, au contraire d'Albert et de Van Buyten, avait été au contact du monde professionnel avant son arrivée à Charleroi.

3. Plus technique que Van Buyten. Sa grande taille et son manque de formation ont conduit Van Buyten à manquer de technique. Dewaest, plus petit et mieux formé, dégage plus d'aisance balle au pied. On sent à la clé une formation à la française.

4. Il tacle moins qu'Albert. Dur sur l'homme, Philippe Albert taclait souvent. On voit très rarement Dewaest au sol. Il préfère l'anticipation. Sur ce plan-là, il ressemble beaucoup plus à Laurent Ciman.

5. Il est parfois trop facile. On peut apparenter cela à de la nonchalance. D'autres parlent de confiance en soi. Mais, parfois, Dewaest se la joue trop facile. Van Buyten, bourreau de travail, et Albert, toujours très humble, n'ont jamais dégagé cette attitude.

Par Stéphane Vande Velde

Retrouvez l'intégralité de l'article consacré à Sébastien Dewaest dans votre Sport/Foot Magazine

Pourquoi il ressemble à Van Buyten et Albert1. Il est physique. Si on le compare si volontiers à Philippe Albert et à Daniel Van Buyten, c'est en grande partie parce que ces trois joueurs ont une présence physique énorme. Dans les duels, il faut se coltiner les trois. Tous les trois mettent également beaucoup de coeur à l'ouvrage et ne mentent jamais sur un terrain. Comme Albert et Van Buyten, Dewaest est prêt à mourir sur un terrain et à avaler des kilomètres.2. Il est impérial dans les airs. Les trois joueurs sont des spécialistes du jeu aérien, ce qui les rend également dangereux sur phases arrêtées.3. Il aime l'offensive. Daniel Van Buyten, attaquant de formation, a toujours bien aimé marquer. Que ce soit sur phases arrêtées ou en restant devant dans les dernières minutes d'un match. En fin de match, quand son équipe est menée, Dewaest a également souvent des fourmis dans les jambes. Philippe Albert aimait partir de sa défense et mener un raid jusqu'au rectangle. Dans un registre un peu différent, il n'est pas rare de voir Dewaest quitter sa position défensive quand il le sent bien.Pourquoi il diffère de Van Buyten et Albert1. Dewaest est plus vieux. Il est arrivé à Charleroi à 22 ans, trois ans plus tard que Van Buyten et cinq qu'Albert. Il a donc déjà davantage de vécu.2. Il a eu une formation plus poussée. Quand Van Buyten est arrivé à Charleroi, il venait de Somzée (P2) alors qu'Albert arrivait de Bouillon (P1). Ni l'un, ni l'autre n'avait connu l'école des jeunes d'un grand club, ni le passage par un club de division inférieure. Dewaest a été formé à Lille et il a passé deux saisons et demie à Roulers, en D2. L'écart entre l'avant et l'après Charleroi est donc moins grand et plus progressif pour Dewaest qui, au contraire d'Albert et de Van Buyten, avait été au contact du monde professionnel avant son arrivée à Charleroi.3. Plus technique que Van Buyten. Sa grande taille et son manque de formation ont conduit Van Buyten à manquer de technique. Dewaest, plus petit et mieux formé, dégage plus d'aisance balle au pied. On sent à la clé une formation à la française.4. Il tacle moins qu'Albert. Dur sur l'homme, Philippe Albert taclait souvent. On voit très rarement Dewaest au sol. Il préfère l'anticipation. Sur ce plan-là, il ressemble beaucoup plus à Laurent Ciman.5. Il est parfois trop facile. On peut apparenter cela à de la nonchalance. D'autres parlent de confiance en soi. Mais, parfois, Dewaest se la joue trop facile. Van Buyten, bourreau de travail, et Albert, toujours très humble, n'ont jamais dégagé cette attitude.Par Stéphane Vande VeldeRetrouvez l'intégralité de l'article consacré à Sébastien Dewaest dans votre Sport/Foot Magazine