Premier sportif belge d'origine germanophone qualifié pour les Jeux d'hiver, le Malmédien avait participé en ski de fond aux Jeux de Pyeongchang il y a quatre ans en Corée du Sud. "Le biathlon a toujours été mon sport de prédilection", explique Thierry Langer. "Il y a quatre ans, on était un peu limité par les places de quota et j'avais essayé d'être qualifié en ski de fond, un sport très proche du biathlon. Maintenant, je suis très fier d'être qualifié en biathlon". Le représentant des Cantons de l'Est n'aborde pas les Jeux de manière optimale, lui qui s'est fracturé le pied juste avant la Noël. "J'ai dû limiter mes entraînements à cause de ma blessure, mais ça va de mieux en mieux", dit le biathlète de 30 ans. "Je prends cette blessure comme une source de motivation pour me battre encore plus, même si je ne sais pas vraiment où j'en suis. Je n'ai pas eu de compétition en janvier, mais je m'entraîne à fond pour être en forme. Il reste du temps avant les Jeux, je suis confiant. Mon objectif sera de montrer de quoi je suis capable, que je peux revenir et faire de belles courses même après une blessure", dit Thierry Langer, qui n'exclut pas de renoncer au 20 km individuel. (Belga)

Premier sportif belge d'origine germanophone qualifié pour les Jeux d'hiver, le Malmédien avait participé en ski de fond aux Jeux de Pyeongchang il y a quatre ans en Corée du Sud. "Le biathlon a toujours été mon sport de prédilection", explique Thierry Langer. "Il y a quatre ans, on était un peu limité par les places de quota et j'avais essayé d'être qualifié en ski de fond, un sport très proche du biathlon. Maintenant, je suis très fier d'être qualifié en biathlon". Le représentant des Cantons de l'Est n'aborde pas les Jeux de manière optimale, lui qui s'est fracturé le pied juste avant la Noël. "J'ai dû limiter mes entraînements à cause de ma blessure, mais ça va de mieux en mieux", dit le biathlète de 30 ans. "Je prends cette blessure comme une source de motivation pour me battre encore plus, même si je ne sais pas vraiment où j'en suis. Je n'ai pas eu de compétition en janvier, mais je m'entraîne à fond pour être en forme. Il reste du temps avant les Jeux, je suis confiant. Mon objectif sera de montrer de quoi je suis capable, que je peux revenir et faire de belles courses même après une blessure", dit Thierry Langer, qui n'exclut pas de renoncer au 20 km individuel. (Belga)