Le Comité disciplinaire pour le football professionnel a condamné mercredi Seraing et le RWDM à une amende 5.000 euros chacun ainsi qu'à deux matchs à huis clos avec sursis pour le mauvais comportement de leurs supporters. Lors du match retour des barrages de promotion/relégation entre les deux équipes, les supporters serésiens ont d'abord envahi le terrain avant d'être imités par leurs homologues bruxellois, donnant lieu à des confrontations entre les deux parties pendant six minutes.

Le 30 avril dernier, après un match nul (0-0) très disputé contre le RWDM, Seraing a assuré son maintien en D1A grâce à sa victoire (0-1) au match aller des barrages. Dans la foulée du coup de sifflet final, les supporters du club liégeois sont entrés sur le terrain pour fêter la victoire de leur équipe, parmi lesquels certains s'en sont allés défier les supporters adverses. Ces derniers ont réagi en montant eux-mêmes sur la pelouse.

Les stewards, qui étaient bien préparés selon le rapport du match delegate, n'ont rien pu faire face à ce mouvement de foule. Ce n'est qu'après l'intervention de la police, quelque six minutes après l'entrée des deux groupes de supporters sur le terrain, qu'un calme relatif a pu être rétabli.

Les supporters de Seraing avaient déjà frappé le banc de touche du RWDM pendant la rencontre, causant notamment le bris d'une protection en plexiglas. Avant et après le match, ils ont également déclenché des engins pyrotechniques et lancé des pièces de monnaie et des briquets en direction du terrain.

Le Comité disciplinaire a également distribué des amendes à l'Antwerp et à Charleroi. Le club anversois devra payer 2.500 euros après que des gobelets et des bouteilles ont été lancés sur le terrain lors du dernier match à domicile de la saison. Le même jour, les supporters carolos ont mis à feu au moins 16 engins pyrotechniques. Leur club a donc été condamné à 5.000 euros d'amende.

Le Comité disciplinaire pour le football professionnel a condamné mercredi Seraing et le RWDM à une amende 5.000 euros chacun ainsi qu'à deux matchs à huis clos avec sursis pour le mauvais comportement de leurs supporters. Lors du match retour des barrages de promotion/relégation entre les deux équipes, les supporters serésiens ont d'abord envahi le terrain avant d'être imités par leurs homologues bruxellois, donnant lieu à des confrontations entre les deux parties pendant six minutes. Le 30 avril dernier, après un match nul (0-0) très disputé contre le RWDM, Seraing a assuré son maintien en D1A grâce à sa victoire (0-1) au match aller des barrages. Dans la foulée du coup de sifflet final, les supporters du club liégeois sont entrés sur le terrain pour fêter la victoire de leur équipe, parmi lesquels certains s'en sont allés défier les supporters adverses. Ces derniers ont réagi en montant eux-mêmes sur la pelouse. Les stewards, qui étaient bien préparés selon le rapport du match delegate, n'ont rien pu faire face à ce mouvement de foule. Ce n'est qu'après l'intervention de la police, quelque six minutes après l'entrée des deux groupes de supporters sur le terrain, qu'un calme relatif a pu être rétabli. Les supporters de Seraing avaient déjà frappé le banc de touche du RWDM pendant la rencontre, causant notamment le bris d'une protection en plexiglas. Avant et après le match, ils ont également déclenché des engins pyrotechniques et lancé des pièces de monnaie et des briquets en direction du terrain. Le Comité disciplinaire a également distribué des amendes à l'Antwerp et à Charleroi. Le club anversois devra payer 2.500 euros après que des gobelets et des bouteilles ont été lancés sur le terrain lors du dernier match à domicile de la saison. Le même jour, les supporters carolos ont mis à feu au moins 16 engins pyrotechniques. Leur club a donc été condamné à 5.000 euros d'amende.