Il s'agira des retrouvailles entre Belges et Français après la demi-finale du Mondial 2018 remportés par les Bleus. "C'était une étape décisive pour nous car elle nous a permis d'être champions du monde. Ce qui se passera demain (jeudi) ne changera pas ce qui a eu lieu il y a trois ans", a relativisé Deschamps. "Demain, on joue pour une place en finale de cette Ligue des Nations. Il y a toujours eu une rivalité saine, parce que c'est un pays frontalier. L'après-match en Russie, voilà, il y a eu des déclarations d'un côté, de l'autre, beaucoup d'interprétations aussi, qui a peut-être amené à certains dépassements d'un côté, de l'autre, à tort, à raison. Il y a beaucoup de respect, déjà de ma part par rapport à Roberto Martinez et entre les joueurs qui se connaissent, certains jouent dans le même club." "Historiquement, il y avait deux titres : la Coupe du monde et le Championnat d'Europe. Désormais, il y a la Ligue des Nations", poursuit Deschamps. "On ne s'était pas qualifiés lors de la première édition, on y est cette fois. Ce sont des affiches prestigieuses avec un titre en jeu, à vous de placer le curseur. Je suis compétiteur, les joueurs aussi, et quand on est compétiteurs rien ne remplace cette adrénaline. On rencontre l'une des meilleures équipes européennes, si ce n'est la meilleure, en ajoutant l'Italie, championne d'Europe en titre. Vous êtes censés voir du spectacle. Les joueurs ont envie de se confronter à un adversaire de cette qualité-là." Lors du dernier match, en qualifications au Mondial 2022, contre la Finlande (2-0), la France avait renoué avec la victoire après une série de cinq matchs sans succès en optant pour une défense à trois. "C'est toujours un rapport points forts/points faibles", a répondu Deschamps quant à la possibilité d'utiliser à nouveau ce dispositif. "Je pars avec l'idée selon laquelle mon équipe créera le plus de problèmes à l'adversaire. Cette équipe de Belgique est consciente de sa force, avec une animation offensive de qualité mais ce n'est pas pour autant qu'elle défende mal. Avoir le plus possible le ballon sera mieux pour nous." (Belga)

Il s'agira des retrouvailles entre Belges et Français après la demi-finale du Mondial 2018 remportés par les Bleus. "C'était une étape décisive pour nous car elle nous a permis d'être champions du monde. Ce qui se passera demain (jeudi) ne changera pas ce qui a eu lieu il y a trois ans", a relativisé Deschamps. "Demain, on joue pour une place en finale de cette Ligue des Nations. Il y a toujours eu une rivalité saine, parce que c'est un pays frontalier. L'après-match en Russie, voilà, il y a eu des déclarations d'un côté, de l'autre, beaucoup d'interprétations aussi, qui a peut-être amené à certains dépassements d'un côté, de l'autre, à tort, à raison. Il y a beaucoup de respect, déjà de ma part par rapport à Roberto Martinez et entre les joueurs qui se connaissent, certains jouent dans le même club." "Historiquement, il y avait deux titres : la Coupe du monde et le Championnat d'Europe. Désormais, il y a la Ligue des Nations", poursuit Deschamps. "On ne s'était pas qualifiés lors de la première édition, on y est cette fois. Ce sont des affiches prestigieuses avec un titre en jeu, à vous de placer le curseur. Je suis compétiteur, les joueurs aussi, et quand on est compétiteurs rien ne remplace cette adrénaline. On rencontre l'une des meilleures équipes européennes, si ce n'est la meilleure, en ajoutant l'Italie, championne d'Europe en titre. Vous êtes censés voir du spectacle. Les joueurs ont envie de se confronter à un adversaire de cette qualité-là." Lors du dernier match, en qualifications au Mondial 2022, contre la Finlande (2-0), la France avait renoué avec la victoire après une série de cinq matchs sans succès en optant pour une défense à trois. "C'est toujours un rapport points forts/points faibles", a répondu Deschamps quant à la possibilité d'utiliser à nouveau ce dispositif. "Je pars avec l'idée selon laquelle mon équipe créera le plus de problèmes à l'adversaire. Cette équipe de Belgique est consciente de sa force, avec une animation offensive de qualité mais ce n'est pas pour autant qu'elle défende mal. Avoir le plus possible le ballon sera mieux pour nous." (Belga)