"L'écrasante majorité des supporters s'oppose à l'organisation d'une Coupe du monde tous les deux ans", assurent dans un communiqué une cinquantaine de groupes de supporters issus de six Confédérations différentes, dont des organisations françaises, anglaises, italiennes ou encore brésiliennes. "Une telle décision menace de détruire l'équilibre déjà fragile entre les compétitions locales, nationales, continentales et internationales, ainsi qu'un calendrier d'ores et déjà surchargé", développent-ils, indiquant aimer le Mondial "précisément parce que c'est un événement extraordinaire". Le débat a été relancé ces derniers jours dans le quotidien français L'Equipe par l'ex-entraîneur Arsène Wenger, directeur du développement de la FIFA. Celui-ci préconise une compétition de sélections chaque année, en alternant Mondial et Euro, par exemple, pour la Confédération européenne. L'UEFA s'y est opposée, assurant que cela "diluerait" le "joyau" du football mondial, selon son président Aleksander Ceferin. Les supporters avancent par ailleurs qu'ils n'ont "ni le temps, ni l'argent, ni la capacité de nous rendre à l'autre bout du monde tous les 24 mois (...) dans une compétition dévalorisée et des stades à moitié vides. (Belga)

"L'écrasante majorité des supporters s'oppose à l'organisation d'une Coupe du monde tous les deux ans", assurent dans un communiqué une cinquantaine de groupes de supporters issus de six Confédérations différentes, dont des organisations françaises, anglaises, italiennes ou encore brésiliennes. "Une telle décision menace de détruire l'équilibre déjà fragile entre les compétitions locales, nationales, continentales et internationales, ainsi qu'un calendrier d'ores et déjà surchargé", développent-ils, indiquant aimer le Mondial "précisément parce que c'est un événement extraordinaire". Le débat a été relancé ces derniers jours dans le quotidien français L'Equipe par l'ex-entraîneur Arsène Wenger, directeur du développement de la FIFA. Celui-ci préconise une compétition de sélections chaque année, en alternant Mondial et Euro, par exemple, pour la Confédération européenne. L'UEFA s'y est opposée, assurant que cela "diluerait" le "joyau" du football mondial, selon son président Aleksander Ceferin. Les supporters avancent par ailleurs qu'ils n'ont "ni le temps, ni l'argent, ni la capacité de nous rendre à l'autre bout du monde tous les 24 mois (...) dans une compétition dévalorisée et des stades à moitié vides. (Belga)