Le 23 mars, un supporter d'un club de football de division 1A a initié une action en référé, devant le Tribunal de première instance francophone de Bruxelles, à l'encontre de l'URBSFA et de la Pro League, visant à "obliger ces deux organismes régulateurs du football professionnel à adopter d'urgence toutes les mesures permettant de rétablir l'intégrité sportive des compétitions qu'ils organisent et commercialisent". Il a été rejoint depuis par trois autres consommateurs du "produit football". Les supporters demandent qu'Anderlecht et Ostende apportent la preuve devant la justice bruxelloise qu'il n'existe aucun conflit d'intérêt entre eux. Les règles de l'UEFA interdisent à une même personne de contrôler ou d'avoir une influence sur deux clubs participant à une même compétition. "Malgré la demande formelle de production de pièces formulée par le demandeur, l'URBSFA et la Pro League ont obstinément refusé de produire le moindre élément de nature à dissiper ces craintes légitimes, préférant se retrancher derrière la seule décision de la Commission des licences (donc derrière une déclaration de l'URBSFA elle-même), laquelle semble se fonder elle-même pour l'essentiel sur des... 'déclarations sur l'honneur' du nouveau propriétaire du KVO!", explique l'avocat. "Cette attitude a donc malheureusement renforcé les inquiétudes des consommateurs concernés." Ceux-ci ont dès lors décidé d'assigner l'Union belge et la Pro League au fond, alors que la procédure en référé conserve sa pertinence. Le tribunal de première instance de Bruxelles saisi en référé vu l'urgence - le championnat débute le 27 juillet - devrait se prononcer au plus tard le 30 juin. (Belga)

Le 23 mars, un supporter d'un club de football de division 1A a initié une action en référé, devant le Tribunal de première instance francophone de Bruxelles, à l'encontre de l'URBSFA et de la Pro League, visant à "obliger ces deux organismes régulateurs du football professionnel à adopter d'urgence toutes les mesures permettant de rétablir l'intégrité sportive des compétitions qu'ils organisent et commercialisent". Il a été rejoint depuis par trois autres consommateurs du "produit football". Les supporters demandent qu'Anderlecht et Ostende apportent la preuve devant la justice bruxelloise qu'il n'existe aucun conflit d'intérêt entre eux. Les règles de l'UEFA interdisent à une même personne de contrôler ou d'avoir une influence sur deux clubs participant à une même compétition. "Malgré la demande formelle de production de pièces formulée par le demandeur, l'URBSFA et la Pro League ont obstinément refusé de produire le moindre élément de nature à dissiper ces craintes légitimes, préférant se retrancher derrière la seule décision de la Commission des licences (donc derrière une déclaration de l'URBSFA elle-même), laquelle semble se fonder elle-même pour l'essentiel sur des... 'déclarations sur l'honneur' du nouveau propriétaire du KVO!", explique l'avocat. "Cette attitude a donc malheureusement renforcé les inquiétudes des consommateurs concernés." Ceux-ci ont dès lors décidé d'assigner l'Union belge et la Pro League au fond, alors que la procédure en référé conserve sa pertinence. Le tribunal de première instance de Bruxelles saisi en référé vu l'urgence - le championnat débute le 27 juillet - devrait se prononcer au plus tard le 30 juin. (Belga)