Nicky Evrard a joué un grand rôle dans le partage 1-1 des Red Flames contre l'Islande pour leur premier match du groupe D de l'Euro féminin de football dimanche à Manchester. La gardienne belge a notamment arrêté un penalty en première période.

"J'en ai déjà arrêté par le passé. En tant que gardienne, c'est toujours agréable d'arrêter un penalty car la joueuse devant vous a un avantage", a confié Evrard après la rencontre. Un arrêt décisif qui trouve son origine dans le rituel d'avant-match de la gardienne belge qui a enduit de la vaseline sur ses deux poteaux avec Davinia Vanmechelen. "Lors du match de mon retour contre le Kosovo, j'avais oublié d'en mettre et Davinia était vite partie chercher la vaseline et m'a aidé. J'avais arrêté deux penalties et depuis, nous n'arrêtons pas de le faire." En plus du penalty, Evrard a sorti quelques ballons chauds, notamment sur phase arrêtée. "Nous connaissions les qualités de l'Islande dans ce domaine. Elles l'ont montré avec leur but qui vient sur un deuxième ballon après un corner. Après la rencontre, nous avions le sentiment que nous aurions pu avoir plus qu'un point. Je ne dirais pas que nous sommes déçus mais nous nous battons toujours pour gagner. Il est important de garder le positif en vue du match contre la France", a-t-elle conclu.

Vanhaevermaet, une buteuse pas totalement satisfaite de ses passes

En transformant son penalty en seconde période, Justine Vanhaevermaet a offert un point aux Red Flames contre l'Islande (1-1) pour leur premier match du groupe D de l'Euro féminin de football dimanche à Manchester.

"J'ai un double sentiment", a déclaré Vanhaevermaet après la rencontre. "Nous aurions pu prendre les trois points comme nous aurions pu nous incliner. Avec ce partage, tout reste ouvert. Je ne suis pas totalement satisfaite de ma prestation. Je n'ai pas toujours été précise dans mes passes, je sais que je peux mieux faire. Pour le penalty, nous nous entraînons à plusieurs chaque jour. Je me sentais bien et j'ai demandé à Tessa (Wullaert, ndlr) si je pouvais le tirer."

Justine Vanhaevermaet va transformer le pénalty belge de l'égalisation., Getty Images/iStock
Justine Vanhaevermaet va transformer le pénalty belge de l'égalisation. © Getty Images/iStock

Avec ce partage, les Red Flames devront réaliser un exploit contre la France ou l'Italie pour espérer atteindre les quarts de finale. Jeudi, c'est un derby face à la France, qui s'est imposée 5-1 contre l'Italie dimanche soir, qui les attend. "Ce ne sera pas facile. La France est très forte et l'Italie a aussi beaucoup de qualité. Nous sommes à un Euro et nous devons croire en nos qualités. Nous avons une bonne équipe, cela se voit tous les jours à l'entraînement. Nous allons nous concentrer sur le match de la France dans les prochains jours", a conclu Vanhaevermaet.

Tessa Wullaert à l'interview après le partage contre l'Islande., iStock
Tessa Wullaert à l'interview après le partage contre l'Islande. © iStock

Wullaert: "C'est le match auquel nous pouvions nous attendre"

Tessa Wullaert a jugé que le partage 1-1 des Red Flames contre l'Islande pour leur premier match du groupe D de l'Euro féminin de football dimanche est un résultat logique.

"C'est le match auquel nous pouvions nous attendre", a précisé la capitaine des Flames. "Elles ont été solides dans les duels et nous avions du mal en première mi-temps. Nous avons manqué de profondeur dans notre jeu. Nous avons fait quelques changements à la mi-temps et je pense que nous pouvons être contentes de notre deuxième mi-temps. Nous avons trouvé plus d'espaces et nous avons eu plus d'occasions. C'est dommage de le dire mais nous aurions peut-être dû jouer en première mi-temps comme en seconde. Nous ne pouvons pas être déçues, c'est un meilleur départ qu'en 2017." Un partage qui ne fait cependant pas l'affaire des Red Flames qui doivent encore affronter la France et l'Italie pour tenter de se qualifier pour les quarts de finale. "Cela reste notre objectif. Nous avons un point mais nous aurions aussi pu en avoir trois ou zéro. Tant que nous nous donnons tout sur le terrain, nous ne pouvons pas avoir de regret."

Nicky Evrard ne voulait pas plus relâcher le ballon de pénlaty qu'elle venait d'arrêter., iStock
Nicky Evrard ne voulait pas plus relâcher le ballon de pénlaty qu'elle venait d'arrêter. © iStock

Evrard: "Toujours agréable d'arrêter un pénalty"

Nicky Evrard a joué un grand rôle dans le partage 1-1 des Red Flames contre l'Islande pour leur premier match du groupe D de l'Euro féminin de football dimanche à Manchester. La gardienne belge a notamment arrêté un penalty en première période.

"J'en ai déjà arrêté par le passé. En tant que gardienne, c'est toujours agréable d'arrêter un penalty car la joueuse devant vous a un avantage", a confié Evrard après la rencontre. Un arrêt décisif qui trouve son origine dans le rituel d'avant-match de la gardienne belge qui a enduit de la vaseline sur ses deux poteaux avec Davinia Vanmechelen. "Lors du match de mon retour contre le Kosovo, j'avais oublié d'en mettre et Davinia était vite partie chercher la vaseline et m'a aidé. J'avais arrêté deux penalties et depuis, nous n'arrêtons pas de le faire." En plus du penalty, Evrard a sorti quelques ballons chauds, notamment sur phase arrêtée. "Nous connaissions les qualités de l'Islande dans ce domaine. Elles l'ont montré avec leur but qui vient sur un deuxième ballon après un corner. Après la rencontre, nous avions le sentiment que nous aurions pu avoir plus qu'un point. Je ne dirais pas que nous sommes déçus mais nous nous battons toujours pour gagner. Il est important de garder le positif en vue du match contre la France", a-t-elle conclu.

Nicky Evrard a joué un grand rôle dans le partage 1-1 des Red Flames contre l'Islande pour leur premier match du groupe D de l'Euro féminin de football dimanche à Manchester. La gardienne belge a notamment arrêté un penalty en première période."J'en ai déjà arrêté par le passé. En tant que gardienne, c'est toujours agréable d'arrêter un penalty car la joueuse devant vous a un avantage", a confié Evrard après la rencontre. Un arrêt décisif qui trouve son origine dans le rituel d'avant-match de la gardienne belge qui a enduit de la vaseline sur ses deux poteaux avec Davinia Vanmechelen. "Lors du match de mon retour contre le Kosovo, j'avais oublié d'en mettre et Davinia était vite partie chercher la vaseline et m'a aidé. J'avais arrêté deux penalties et depuis, nous n'arrêtons pas de le faire." En plus du penalty, Evrard a sorti quelques ballons chauds, notamment sur phase arrêtée. "Nous connaissions les qualités de l'Islande dans ce domaine. Elles l'ont montré avec leur but qui vient sur un deuxième ballon après un corner. Après la rencontre, nous avions le sentiment que nous aurions pu avoir plus qu'un point. Je ne dirais pas que nous sommes déçus mais nous nous battons toujours pour gagner. Il est important de garder le positif en vue du match contre la France", a-t-elle conclu.En transformant son penalty en seconde période, Justine Vanhaevermaet a offert un point aux Red Flames contre l'Islande (1-1) pour leur premier match du groupe D de l'Euro féminin de football dimanche à Manchester."J'ai un double sentiment", a déclaré Vanhaevermaet après la rencontre. "Nous aurions pu prendre les trois points comme nous aurions pu nous incliner. Avec ce partage, tout reste ouvert. Je ne suis pas totalement satisfaite de ma prestation. Je n'ai pas toujours été précise dans mes passes, je sais que je peux mieux faire. Pour le penalty, nous nous entraînons à plusieurs chaque jour. Je me sentais bien et j'ai demandé à Tessa (Wullaert, ndlr) si je pouvais le tirer." Avec ce partage, les Red Flames devront réaliser un exploit contre la France ou l'Italie pour espérer atteindre les quarts de finale. Jeudi, c'est un derby face à la France, qui s'est imposée 5-1 contre l'Italie dimanche soir, qui les attend. "Ce ne sera pas facile. La France est très forte et l'Italie a aussi beaucoup de qualité. Nous sommes à un Euro et nous devons croire en nos qualités. Nous avons une bonne équipe, cela se voit tous les jours à l'entraînement. Nous allons nous concentrer sur le match de la France dans les prochains jours", a conclu Vanhaevermaet.Tessa Wullaert a jugé que le partage 1-1 des Red Flames contre l'Islande pour leur premier match du groupe D de l'Euro féminin de football dimanche est un résultat logique."C'est le match auquel nous pouvions nous attendre", a précisé la capitaine des Flames. "Elles ont été solides dans les duels et nous avions du mal en première mi-temps. Nous avons manqué de profondeur dans notre jeu. Nous avons fait quelques changements à la mi-temps et je pense que nous pouvons être contentes de notre deuxième mi-temps. Nous avons trouvé plus d'espaces et nous avons eu plus d'occasions. C'est dommage de le dire mais nous aurions peut-être dû jouer en première mi-temps comme en seconde. Nous ne pouvons pas être déçues, c'est un meilleur départ qu'en 2017." Un partage qui ne fait cependant pas l'affaire des Red Flames qui doivent encore affronter la France et l'Italie pour tenter de se qualifier pour les quarts de finale. "Cela reste notre objectif. Nous avons un point mais nous aurions aussi pu en avoir trois ou zéro. Tant que nous nous donnons tout sur le terrain, nous ne pouvons pas avoir de regret." Nicky Evrard a joué un grand rôle dans le partage 1-1 des Red Flames contre l'Islande pour leur premier match du groupe D de l'Euro féminin de football dimanche à Manchester. La gardienne belge a notamment arrêté un penalty en première période."J'en ai déjà arrêté par le passé. En tant que gardienne, c'est toujours agréable d'arrêter un penalty car la joueuse devant vous a un avantage", a confié Evrard après la rencontre. Un arrêt décisif qui trouve son origine dans le rituel d'avant-match de la gardienne belge qui a enduit de la vaseline sur ses deux poteaux avec Davinia Vanmechelen. "Lors du match de mon retour contre le Kosovo, j'avais oublié d'en mettre et Davinia était vite partie chercher la vaseline et m'a aidé. J'avais arrêté deux penalties et depuis, nous n'arrêtons pas de le faire." En plus du penalty, Evrard a sorti quelques ballons chauds, notamment sur phase arrêtée. "Nous connaissions les qualités de l'Islande dans ce domaine. Elles l'ont montré avec leur but qui vient sur un deuxième ballon après un corner. Après la rencontre, nous avions le sentiment que nous aurions pu avoir plus qu'un point. Je ne dirais pas que nous sommes déçus mais nous nous battons toujours pour gagner. Il est important de garder le positif en vue du match contre la France", a-t-elle conclu.