Alors que la pandémie continue de faire rage à travers le monde, le comité d'organisation Tokyo-2020 n'exclut pas la possibilité que les Jeux se déroulent devant un public réduit, voire à huis clos. Mais pour Andrew Parsons, ce sacrifice serait acceptable si l'événement peut inspirer une large audience. "Les Jeux paralympiques sont une opportunité de changer le monde", a-t-il déclaré à l'AFP, à un peu plus de 200 jours de l'événement. "Nous comprenons que les Jeux ne seront pas les mêmes sans spectateurs, mais leur impact est très fort, y compris en dehors de la ville et du pays-hôte", a-t-il estimé. Les Jeux paralympiques ne concernent "pas seulement les deux millions et quelque de personnes" qui y assistent directement, mais aussi "les quatre milliards de personnes qui les regardent dans le monde entier". L'expérience serait différente, mais "avoir des Jeux, même sans public ou uniquement avec des spectateurs japonais, est préférable à pas de Jeux du tout", a-t-il jugé. Malgré les vives inquiétudes quant à la possibilité pour les Jeux, paralympiques comme olympiques, de se tenir de manière sûre, M. Parsons s'est dit "très optimiste", écartant aussi l'idée que seul l'un des deux événements ait lieu. "Ce n'est pas envisageable pour le CIP mais, bien sûr, nous coopérons de près avec les autorités japonaises, le comité organisateur et le CIO, et nous sommes tous d'accord pour dire" qu'il n'y aura pas de scénario de JO sans Jeux paralympiques. "Les deux auront lieu", a-t-il martelé. Un optimisme qui fait écho aux déclarations mardi du président du comité d'organisation: les Jeux auront lieu "quoi qu'il arrive" concernant l'évolution de la crise sanitaire, a martelé Yoshiro Mori. Les Jeux olympiques sont désormais prévus du 23 juillet au 8 août et les Jeux paralympiques du 24 août au 5 septembre. (Belga)

Alors que la pandémie continue de faire rage à travers le monde, le comité d'organisation Tokyo-2020 n'exclut pas la possibilité que les Jeux se déroulent devant un public réduit, voire à huis clos. Mais pour Andrew Parsons, ce sacrifice serait acceptable si l'événement peut inspirer une large audience. "Les Jeux paralympiques sont une opportunité de changer le monde", a-t-il déclaré à l'AFP, à un peu plus de 200 jours de l'événement. "Nous comprenons que les Jeux ne seront pas les mêmes sans spectateurs, mais leur impact est très fort, y compris en dehors de la ville et du pays-hôte", a-t-il estimé. Les Jeux paralympiques ne concernent "pas seulement les deux millions et quelque de personnes" qui y assistent directement, mais aussi "les quatre milliards de personnes qui les regardent dans le monde entier". L'expérience serait différente, mais "avoir des Jeux, même sans public ou uniquement avec des spectateurs japonais, est préférable à pas de Jeux du tout", a-t-il jugé. Malgré les vives inquiétudes quant à la possibilité pour les Jeux, paralympiques comme olympiques, de se tenir de manière sûre, M. Parsons s'est dit "très optimiste", écartant aussi l'idée que seul l'un des deux événements ait lieu. "Ce n'est pas envisageable pour le CIP mais, bien sûr, nous coopérons de près avec les autorités japonaises, le comité organisateur et le CIO, et nous sommes tous d'accord pour dire" qu'il n'y aura pas de scénario de JO sans Jeux paralympiques. "Les deux auront lieu", a-t-il martelé. Un optimisme qui fait écho aux déclarations mardi du président du comité d'organisation: les Jeux auront lieu "quoi qu'il arrive" concernant l'évolution de la crise sanitaire, a martelé Yoshiro Mori. Les Jeux olympiques sont désormais prévus du 23 juillet au 8 août et les Jeux paralympiques du 24 août au 5 septembre. (Belga)