Laurent Depoitre à propos...

...de la lutte pour le titre : "Si on est réaliste, ça va être difficile. Par contre, la deuxième place est largement à notre portée. On doit être dans l'optique qu'on se satisfera de la deuxième place en se disant que ça vaut la peine de se battre pour espérer faire mieux que ça ! On doit essayer de rêver ! Tu ne sais jamais comment ça peut se passer dans les play-offs. Quand on a été champions, personne n'y croyait au moment où ils ont commencé, personne ne nous citait comme candidats au titre, il n'y en avait que pour Bruges et Anderlecht, ils prenaient toute l'attention. Mais on l'a fait."

...des différences entre Vanhaezebrouck et Thorup : "La principale différence, pour moi, c'est leur façon de se comporter face au groupe, leur comportement au quotidien. Thorup est beaucoup plus calme, posé. Il ne réagira jamais à chaud comme Vanhaezebrouck. Lui, il provoquait aussi. Il n'avait pas peur de faire des déclarations qui mettaient le feu. Ils sont aussi différents dans leur management des joueurs. On se sent plus protégés par Thorup. Vanhaezebrouck pouvait être cash quand quelque chose ne lui plaisait pas et, à ce moment-là, tu dois être costaud dans la tête, capable de gérer sans perdre tes moyens et ta confiance. Son but n'était pas de nous casser, il voulait qu'on prenne ses remarques positivement, qu'on les analyse, pour que ça nous aide à devenir meilleurs. Mais pour certains, c'était difficile."

...du phénomène Jonathan David : "Avoir autant de maturité dans le jeu et de sang-froid à son âge, c'est rare. Il a un peu toutes les qualités de l'attaquant moderne. Il défend beaucoup, il fait beaucoup d'efforts, il n'est jamais fatigué, il a une condition d'enfer, il est très rapide, il dribble facilement, il a une très bonne vision du jeu,... Et tu vois qu'il garde les pieds sur terre, ce qu'on ne retrouve pas nécessairement chez tous les jeunes un peu foufous ! Il sait où il va, il va réussir, il va monter très haut, j'en suis sûr."

...du double duel face à l'AS Roma : "Je suis partagé par rapport au tirage. En ayant terminé à la première place du groupe, on tire la Roma. Wolfsburg a fini derrière nous et tire Malmö. Sur le papier, c'est quand même plus simple pour eux. Maintenant, je me souviens d'une époque où on se plaignait quand on ne tirait pas de grands noms. On a notre grand nom avec Rome. C'est une équipe italienne, donc c'est très costaud en théorie, mais on a sûrement nos chances, surtout avec le match retour chez nous. On n'est pas favoris mais on aurait tort de faire un complexe d'infériorité. Quand tu joues contre un gros, ça te permet de voir où sont tes failles, donc ça ne peut être qu'un bon test."

Par Pierre Danvoye et Frédéric Vanheule

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Laurent Depoitre dans votre Sport/Foot Magazine

Laurent Depoitre à propos......de la lutte pour le titre : "Si on est réaliste, ça va être difficile. Par contre, la deuxième place est largement à notre portée. On doit être dans l'optique qu'on se satisfera de la deuxième place en se disant que ça vaut la peine de se battre pour espérer faire mieux que ça ! On doit essayer de rêver ! Tu ne sais jamais comment ça peut se passer dans les play-offs. Quand on a été champions, personne n'y croyait au moment où ils ont commencé, personne ne nous citait comme candidats au titre, il n'y en avait que pour Bruges et Anderlecht, ils prenaient toute l'attention. Mais on l'a fait."...des différences entre Vanhaezebrouck et Thorup : "La principale différence, pour moi, c'est leur façon de se comporter face au groupe, leur comportement au quotidien. Thorup est beaucoup plus calme, posé. Il ne réagira jamais à chaud comme Vanhaezebrouck. Lui, il provoquait aussi. Il n'avait pas peur de faire des déclarations qui mettaient le feu. Ils sont aussi différents dans leur management des joueurs. On se sent plus protégés par Thorup. Vanhaezebrouck pouvait être cash quand quelque chose ne lui plaisait pas et, à ce moment-là, tu dois être costaud dans la tête, capable de gérer sans perdre tes moyens et ta confiance. Son but n'était pas de nous casser, il voulait qu'on prenne ses remarques positivement, qu'on les analyse, pour que ça nous aide à devenir meilleurs. Mais pour certains, c'était difficile."...du phénomène Jonathan David : "Avoir autant de maturité dans le jeu et de sang-froid à son âge, c'est rare. Il a un peu toutes les qualités de l'attaquant moderne. Il défend beaucoup, il fait beaucoup d'efforts, il n'est jamais fatigué, il a une condition d'enfer, il est très rapide, il dribble facilement, il a une très bonne vision du jeu,... Et tu vois qu'il garde les pieds sur terre, ce qu'on ne retrouve pas nécessairement chez tous les jeunes un peu foufous ! Il sait où il va, il va réussir, il va monter très haut, j'en suis sûr."...du double duel face à l'AS Roma : "Je suis partagé par rapport au tirage. En ayant terminé à la première place du groupe, on tire la Roma. Wolfsburg a fini derrière nous et tire Malmö. Sur le papier, c'est quand même plus simple pour eux. Maintenant, je me souviens d'une époque où on se plaignait quand on ne tirait pas de grands noms. On a notre grand nom avec Rome. C'est une équipe italienne, donc c'est très costaud en théorie, mais on a sûrement nos chances, surtout avec le match retour chez nous. On n'est pas favoris mais on aurait tort de faire un complexe d'infériorité. Quand tu joues contre un gros, ça te permet de voir où sont tes failles, donc ça ne peut être qu'un bon test."Par Pierre Danvoye et Frédéric VanheuleRetrouvez l'intégralité de l'interview de Laurent Depoitre dans votre Sport/Foot Magazine