Demain, cela fera un mois que Veljkovic et ses avocats ont conclu un deal avec le parquet fédéral. L'homme a accepté de faire des déclarations dans le cadre de l'enquête sur de présumées méthodes de fraude et de blanchiment dans le milieu du football, en échange d'une réduction de peine.

En échange de ses informations, Veljkovic bénéficie d'un statut de "repenti" et ne risque que d'écoper de 5 ans de prison avec sursis et d'une amende conditionnelle de 80.000 euros. Son patrimoine a en revanche été saisi. Il a pu quitter la prison après quelques jours de détention.

Les enquêteurs de la police judiciaire fédérale d'Hasselt l'ont soumis à 96 heures d'interrogatoire ces dernières semaines.

Il est estimé que son rôle crucial dans le dossier pourrait constituer un danger pour sa vie, raison pour laquelle la justice l'héberge dans un lieu tenu secret.

Dans les semaines à venir, les enquêteurs continueront de vérifier ses dires. Il sera probablement à nouveau entendu en janvier et pourrait être confronté à d'autres protagonistes du dossier.