L'agent de joueurs Dejan Veljkovic, figure centrale dans le scandale de fraude secouant le football belge, s'exprimera mardi soir sur la VRT pour la première fois depuis que l'affaire a éclaté il y a trois ans. "J'ai participé au système, c'est une erreur de ma part, mais je ne suis pas le seul", déclare le Serbe dans un entretien au magazine Pano qui sera diffusé mardi soir sur Een. "Des joueurs, des entraîneurs, des managers et des dirigeants de clubs m'ont demandé si je pouvais les aider dans des montages financiers frauduleux".

Dejan Veljkovic est devenu le mois dernier le premier repenti de l'histoire judiciaire belge après avoir conclu un accord avec le parquet fédéral. Il s'est engagé à faire des déclarations sincères et complètes sur son rôle dans le dossier de la corruption dans le football belge et sur le rôle de tiers. En contrepartie, il sera condamné à une peine de prison de cinq ans avec sursis, à une amende de 80.000 euros avec sursis et ses biens acquis illégalement, évalués à environ quatre millions d'euros, seront confisqués.

L'agent de joueurs Dejan Veljkovic, figure centrale dans le scandale de fraude secouant le football belge, s'exprimera mardi soir sur la VRT pour la première fois depuis que l'affaire a éclaté il y a trois ans. "J'ai participé au système, c'est une erreur de ma part, mais je ne suis pas le seul", déclare le Serbe dans un entretien au magazine Pano qui sera diffusé mardi soir sur Een. "Des joueurs, des entraîneurs, des managers et des dirigeants de clubs m'ont demandé si je pouvais les aider dans des montages financiers frauduleux". Dejan Veljkovic est devenu le mois dernier le premier repenti de l'histoire judiciaire belge après avoir conclu un accord avec le parquet fédéral. Il s'est engagé à faire des déclarations sincères et complètes sur son rôle dans le dossier de la corruption dans le football belge et sur le rôle de tiers. En contrepartie, il sera condamné à une peine de prison de cinq ans avec sursis, à une amende de 80.000 euros avec sursis et ses biens acquis illégalement, évalués à environ quatre millions d'euros, seront confisqués.