Marieke Vervoort est décédée à son domicile mardi. Elle était atteinte depuis son plus jeune âge d'une maladie musculaire dégénérative qui l'avait clouée dans une chaise roulante dès l'âge de 21 ans, en 2000. Ce qui ne l'a pas empêchée de se hisser au plus haut niveau du sport paralympique, et d'être sacrée championne du monde de paratriathlon en 2006 et 2007. Le développement de la maladie allait ensuite la contraindre à se limiter aux courses en chaise roulante, où elle a brillé, détenant notamment de nombreux records paralympiques du monde et d'Europe. Elle a participé à deux éditions des Jeux Paralympiques. A Londres, où elle s'était emparée du titre sur 100 mètres, et de la médaille d'argent sur 200 mètres, en 2012, puis à Rio, où elle avait conquis l'argent sur 400 mètres, et le bronze sur 100 mètres, en 2016. Elle a également été sacrée championne du monde en 2015 sur le 100, 200 et 400 mètres à Doha, au Quatar. Elle a été élue "athlète paralympique de l'année" à deux reprises, en 2012 et 2015. Elle avait également reçu le Trophée National Victor Boin en 2014. "Le sport est la seule raison pour laquelle je vis encore", avait-elle avoué peu avant son départ pour Rio en 2016. "J'aimerais bien encore m'entraîner, mais mon corps ne le veut plus", dira-t-elle en 2017, avant de confier en fin d'année que les douleurs étaient devenues insupportables, et l'euthanasie de plus en plus proche. "Mais j'ai déjà tout réglé et mon enterrement se passera exactement comme je l'ai prévu. Mes cendres seront par exemple dispersées à Lanzarote..." (Belga)