Ceux qui suivaient la compétition belge dans les années 90 s'en rappellent sûrement. Entre 1992 et 1996, les perches zébrées étaient protégées par un dernier rempart hongrois répondant au nom d'Istvan Gulyas. En quatre ans, il avait disputé 73 matches pour le compte de Charleroi et avait noué un lien très fort avec les supporters locaux.

Agé de 61 ans, le Hongrois est malheureusement décédé ce vendredi. C'est Charleroi qui a annoncé la nouvelle sur son site internet.

"Istvan Gulyas, au-delà d'une grande assurance, était un gardien combattif et spectaculaire, qui personnifiait l'âme du Sporting ainsi que ses valeurs. Son salut à la T4 avant chaque rencontre est resté dans la légende", a notamment écrit le club sur son site internet.

En 1993, il avait loupé la finale de la Coupe de Belgique face au Standard à cause d'une blessure. Après sa carrière de joueur, Gulyas avait occupé la fonction d'entraîneur des gardiens au Sporting.

Ceux qui suivaient la compétition belge dans les années 90 s'en rappellent sûrement. Entre 1992 et 1996, les perches zébrées étaient protégées par un dernier rempart hongrois répondant au nom d'Istvan Gulyas. En quatre ans, il avait disputé 73 matches pour le compte de Charleroi et avait noué un lien très fort avec les supporters locaux.Agé de 61 ans, le Hongrois est malheureusement décédé ce vendredi. C'est Charleroi qui a annoncé la nouvelle sur son site internet."Istvan Gulyas, au-delà d'une grande assurance, était un gardien combattif et spectaculaire, qui personnifiait l'âme du Sporting ainsi que ses valeurs. Son salut à la T4 avant chaque rencontre est resté dans la légende", a notamment écrit le club sur son site internet. En 1993, il avait loupé la finale de la Coupe de Belgique face au Standard à cause d'une blessure. Après sa carrière de joueur, Gulyas avait occupé la fonction d'entraîneur des gardiens au Sporting.