Le climat d'euphorie qui entoure les Diables Rouges constitue une occasion idéale d'instaurer des réformes et de se faire entendre du monde politique.

Les politiciens font déjà preuve de plus de bonne volonté. Ils comprennent plus que jamais l'intérêt du football. Ce que l'équipe nationale a déclenché auprès de la population est invraisemblable. Ce que les gens ont fait dans le cadre des Défis des Diables est phénoménal.

Mais cela déclenche aussi bien des attentes.

Oui, les gens nous voient déjà en huitièmes de finale. Je pense que ce jeune groupe voit les choses avec beaucoup de maturité et que le coach fait tout pour que chacun garde les pieds sur terre. Nous avons une confiance énorme en sa façon de coacher.

Marc Wilmots vous a-t-il surpris? Car au départ, il y avait des doutes.

Lorsque Leekens est parti, nous nous sommes concertés et nous avons rapidement décidé de poursuivre avec Marc. Personne ne répondait exactement au profil idéal. Le groupe des joueurs avait confiance en Marc et nous connaissions ses talents de motivateur. Presque tout ce qu'il a fait a fonctionné.

Vous voulez prolonger son contrat le plus rapidement possible?

La Coupe du Monde se termine en juin et les éliminatoires de l'Euro débutent deux mois plus tard. Il n'y aura qu'un seul match amical pour les préparer. Avec un nouveau coach fédéral, ce serait très compliqué. J'espère et je pense que Marc va en tenir compte. J'aimerais donc qu'une décision soit prise avant le départ pour le Brésil.

Aujourd'hui, il a beaucoup de pouvoir et se montre parfois intraitable.

Quand on met quelqu'un en place, on doit lui donner les moyens d'atteindre ses objectifs. Notre budget est limité mais la définition des tâches est de son ressort. C'est aussi là-dessus qu'il sera jugé.

Par François Colin et Jacques Sys

Retrouvez l'intégralité de l'interview de François De Keersmaecker dans votre Sport/Foot Magazine

Le climat d'euphorie qui entoure les Diables Rouges constitue une occasion idéale d'instaurer des réformes et de se faire entendre du monde politique.Les politiciens font déjà preuve de plus de bonne volonté. Ils comprennent plus que jamais l'intérêt du football. Ce que l'équipe nationale a déclenché auprès de la population est invraisemblable. Ce que les gens ont fait dans le cadre des Défis des Diables est phénoménal.Mais cela déclenche aussi bien des attentes.Oui, les gens nous voient déjà en huitièmes de finale. Je pense que ce jeune groupe voit les choses avec beaucoup de maturité et que le coach fait tout pour que chacun garde les pieds sur terre. Nous avons une confiance énorme en sa façon de coacher.Marc Wilmots vous a-t-il surpris? Car au départ, il y avait des doutes.Lorsque Leekens est parti, nous nous sommes concertés et nous avons rapidement décidé de poursuivre avec Marc. Personne ne répondait exactement au profil idéal. Le groupe des joueurs avait confiance en Marc et nous connaissions ses talents de motivateur. Presque tout ce qu'il a fait a fonctionné.Vous voulez prolonger son contrat le plus rapidement possible?La Coupe du Monde se termine en juin et les éliminatoires de l'Euro débutent deux mois plus tard. Il n'y aura qu'un seul match amical pour les préparer. Avec un nouveau coach fédéral, ce serait très compliqué. J'espère et je pense que Marc va en tenir compte. J'aimerais donc qu'une décision soit prise avant le départ pour le Brésil.Aujourd'hui, il a beaucoup de pouvoir et se montre parfois intraitable.Quand on met quelqu'un en place, on doit lui donner les moyens d'atteindre ses objectifs. Notre budget est limité mais la définition des tâches est de son ressort. C'est aussi là-dessus qu'il sera jugé.Par François Colin et Jacques SysRetrouvez l'intégralité de l'interview de François De Keersmaecker dans votre Sport/Foot Magazine