Marc Degryse
Opinion

02/01/19 à 10:34 - Mise à jour à 10:52

De Genk à Anderlecht, c'est le grand écart

Pour Marc Degryse, le chroniqueur de Sport/Foot Magazine, la seule note positive pour Anderlecht, c'est qu'il ne pourra pas faire pire en 2019.

De Genk à Anderlecht, c'est le grand écart

© BELGA

En jetant un dernier coup d'oeil vers l'année 2018, on remarque surtout le contraste entre Genk et Anderlecht. D'un côté, l'année a été fantastique alors que de l'autre, c'est la catastrophe. Pourtant, chacune des deux équipes a connu un changement majeur douze mois plus tôt : Philippe Clement est arrivé dans le Limbourg, alors que Marc Coucke est devenu le nouveau propriétaire du Sporting.

Le défi était sans doute plus simple pour Clement. Quand il est arrivé à Genk, une grande partie du noyau était déjà en place, même si les résultats n'étaient pas très bons sous Albert Stuivenberg. Un an plus tard, le Racing a joué soixante matches en 2018, et ils ont pris 70% des points, en n'étant battus que huit fois. C'est un bilan formidable, même s'il n'y a pas eu de titre à la clé.

On ne peut avoir que des compliments à l'égard du coach, surtout quand on remarque à quel point il a fait progresser ses joueurs pendant ces douze derniers mois. Des gars comme Ally Samatta, Dieumerci Ndongala ou Sébastien Dewaest ont été complètement transformés. Et ce n'est pas tout : même les meilleurs joueurs du noyau ont progressé. Ruslan Malinovskyi, Leandro Trossard et Alejandro Pozuelo n'ont jamais semblé aussi forts que cette saison.

Genk est devenu un club stable. À tous les postes, la structure est claire et bien établie, cela se ressent dans les bureaux et sur le terrain. Aujourd'hui, les Limbourgeois sont devenus les candidats numéro un pour le titre au printemps prochain. Tout ça en jouant un football de grande qualité. Voir qu'on peut encore allier le beau football et les résultats en 2018, ça doit faire terriblement mal à Anderlecht...

Partager

" Voir qu'on peut encore allier le beau football et les résultats en 2018, ça doit faire terriblement mal à Anderlecht "

Chez les Mauves, justement, personne n'avait prévu que le rachat du club par Marc Coucke occasionnerait autant de problèmes, pendant une si longue période. Tout a commencé dès janvier, avec ce mercato compliqué qui n'a certainement pas rendu l'équipe plus forte qu'avant. Ensuite, en mars, c'est Coucke qui a débarqué, en compagnie de Luc Devroe, et qui a montré la porte de sortie à Herman Van Holsbeeck.

Le mercato d'été n'a pas été bien meilleur, et ensuite, il y a encore eu le départ d'Hein Vanhaezebrouck, et les arrivées de Michael Verschueren, puis de Frank Arnesen. Tout cela donne l'impression que Coucke a voulu que les choses aillent très vite, mais il lui manquait une base fiable.

Quand on regarde les chiffres d'Anderlecht en 2018, ils sont dramatiques. La seule note positive que je vois, c'est qu'il sera presque impossible de faire pire. Mais il reste beaucoup de travail : on ne connaît pas encore l'identité du nouveau coach, on se pose encore des questions. Malgré tout, Genk n'a " que " 14 points d'avance. Avec les play-offs et la division par deux, ce n'est pas énorme.

Anderlecht ne doit pas arrêter de rêver du titre, mais je pense quand même que ce sera une mission quasi impossible. En janvier, c'est très difficile de faire de bons transferts. On ne peut jamais dire jamais, parce qu'en sport tout peut aller très vite. Qui aurait dit il y a douze mois que Genk serait de loin la meilleure équipe du pays à la fin de l'année 2018 ?

Il y a une chose dont je ne doute absolument pas : Anderlecht va revenir au sommet. C'est indispensable pour le football belge, car cela reste le club numéro un dans la tradition nationale, même s'il ne l'a que très rarement montré ces dernières années. La seule question, c'est de savoir quand aura lieu ce retour. Avec une qualification pour la prochaine Coupe d'Europe et un mercato réussi l'été prochain, cela pourrait aller très vite. C'est tout ce que je souhaite au supporter mauve, qui a souffert plus que jamais au cours de cette année 2018 qu'il a dû trouver bien longue...

Nos partenaires