Glen De Boeck à propos...

...de la préparation : "J'ai vécu la période de préparation la plus difficile de ma carrière mais je suis content de voir où mes hommes en sont physiquement et tactiquement. J'estime cependant que, vu le football proposé et le nombre d'occasions que nous nous sommes créées, nous avons trop peu de points. Nous avons souvent délivré plus de 550 passes avec un taux de réussite de 85 % mais cela ne s'est pas traduit en points. Nous concédons moins d'occasions mais nous encaissons plus que l'an dernier et nous sommes moins efficaces devant aussi."

...de Teddy Chevalier : "Il est rentré de vacances en retard et il le paye toujours parce qu'il s'est dit : J'ai inscrit 21 buts la saison dernière, pourquoi m'énerver? J'essaye de lui faire comprendre que ça devrait justement l'inciter à placer la barre plus haut, qu'on repart chaque année de zéro. C'est sur le plan mental que les joueurs doivent le plus progresser. Et c'est le cas dans beaucoup de clubs. Je ne veux pas me mêler des affaires des autres mais pourquoi Anderlecht et le Standard sont-ils si irréguliers? Pour un coach, c'est le plus difficile: il faut faire en sorte que chaque joueur donne chaque jour le meilleur de lui-même."

...de concentration : "Avant, deux heures avant le match, nous rangions nos téléphones. Maintenant, certains le consultent encore après l'échauffement. C'est difficile à limiter car certains veulent envoyer un bisou à leur petite fille et d'autres écoutent de la musique. On ne peut pas leur enlever leur façon de se préparer. Mais il est possible que certains regardent un film, jouent sur internet ou suivent le score des autres matches. C'est difficile à contrôler mais ça déconcentre. Si les joueurs étaient plus concernés avant ? Je pense que oui. Au repas, par exemple, on parlait de tactique. Ce n'est plus le cas. Yves Vanderhaeghe, Lorenzo Staelens et Gert Verheyen étaient déjà des entraîneurs lorsqu'ils jouaient."

...de son clash avec Francky Dury : "Je n'ai pas accepté un geste que Dury a fait vers la tribune à mon sujet lors d'un match à Courtrai la saison dernière. Il aurait au moins pu s'excuser. Je comprends qu'on fasse ça dans l'émotion d'un match, comme ce fut le cas de Philippe Clement et de Gert Verheyen lors des matches contre Genk et Ostende. Mais ça avait trait au football, on s'est serré la main après le match et c'était oublié. Le geste de Dury, par contre, était personnel et je ne peux pas laisser passer ça."

Par Christian Vandenabeele

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Glen De Boeck dans votre Sport/Foot Magazine

Glen De Boeck à propos......de la préparation : "J'ai vécu la période de préparation la plus difficile de ma carrière mais je suis content de voir où mes hommes en sont physiquement et tactiquement. J'estime cependant que, vu le football proposé et le nombre d'occasions que nous nous sommes créées, nous avons trop peu de points. Nous avons souvent délivré plus de 550 passes avec un taux de réussite de 85 % mais cela ne s'est pas traduit en points. Nous concédons moins d'occasions mais nous encaissons plus que l'an dernier et nous sommes moins efficaces devant aussi."...de Teddy Chevalier : "Il est rentré de vacances en retard et il le paye toujours parce qu'il s'est dit : J'ai inscrit 21 buts la saison dernière, pourquoi m'énerver? J'essaye de lui faire comprendre que ça devrait justement l'inciter à placer la barre plus haut, qu'on repart chaque année de zéro. C'est sur le plan mental que les joueurs doivent le plus progresser. Et c'est le cas dans beaucoup de clubs. Je ne veux pas me mêler des affaires des autres mais pourquoi Anderlecht et le Standard sont-ils si irréguliers? Pour un coach, c'est le plus difficile: il faut faire en sorte que chaque joueur donne chaque jour le meilleur de lui-même."...de concentration : "Avant, deux heures avant le match, nous rangions nos téléphones. Maintenant, certains le consultent encore après l'échauffement. C'est difficile à limiter car certains veulent envoyer un bisou à leur petite fille et d'autres écoutent de la musique. On ne peut pas leur enlever leur façon de se préparer. Mais il est possible que certains regardent un film, jouent sur internet ou suivent le score des autres matches. C'est difficile à contrôler mais ça déconcentre. Si les joueurs étaient plus concernés avant ? Je pense que oui. Au repas, par exemple, on parlait de tactique. Ce n'est plus le cas. Yves Vanderhaeghe, Lorenzo Staelens et Gert Verheyen étaient déjà des entraîneurs lorsqu'ils jouaient."...de son clash avec Francky Dury : "Je n'ai pas accepté un geste que Dury a fait vers la tribune à mon sujet lors d'un match à Courtrai la saison dernière. Il aurait au moins pu s'excuser. Je comprends qu'on fasse ça dans l'émotion d'un match, comme ce fut le cas de Philippe Clement et de Gert Verheyen lors des matches contre Genk et Ostende. Mais ça avait trait au football, on s'est serré la main après le match et c'était oublié. Le geste de Dury, par contre, était personnel et je ne peux pas laisser passer ça." Par Christian VandenabeeleRetrouvez l'intégralité de l'interview de Glen De Boeck dans votre Sport/Foot Magazine