"Je cherche la victoire depuis le premier jour de l'année", a indiqué Davide Ballerini. "Je n'ai pas vécu une belle première partie de saison, avec des maladies, une infection au covid-19, j'ai raté toutes mes classiques car je n'ai pas été bon. J'ai disputé le Tour d'Italie et la condition est revenue dans la troisième semaine. J'ai ensuite décidé de stopper et de reprendre tout à zéro en vue de ma reprise au Tour de Wallonie. J'ai effectué en stage en altitude. Je peux désormais effacer tout le passé, jouir du moment présent et penser à ma prochaine course. Gagner à Couvin était un grand bonheur pour moi." Ballerini a passé tout la journée dans l'échappée à l'avant de la course. "Ce ne fut pas facile et quand les Intermarché-Wanty-Gobert ont commencé à activer le peloton, ils ont bouché un trou de quatre minutes en vingt kilomètres sur nous. Nous avons insisté, nous avons encore relancé en haut de la dernière difficulté. Un coureur de chez Trek (Mattias Skjelmose Jensen) a relancé, on a tout donné pour aller au bout et ça a réussi. J'attends l'étape de mercredi, la dernière du Tour de Wallonie. Ensuite, je disputerai le Tour de Burgos et le championnat d'Europe. Mais le plus important pour moi est le championnat du monde." (Belga)

"Je cherche la victoire depuis le premier jour de l'année", a indiqué Davide Ballerini. "Je n'ai pas vécu une belle première partie de saison, avec des maladies, une infection au covid-19, j'ai raté toutes mes classiques car je n'ai pas été bon. J'ai disputé le Tour d'Italie et la condition est revenue dans la troisième semaine. J'ai ensuite décidé de stopper et de reprendre tout à zéro en vue de ma reprise au Tour de Wallonie. J'ai effectué en stage en altitude. Je peux désormais effacer tout le passé, jouir du moment présent et penser à ma prochaine course. Gagner à Couvin était un grand bonheur pour moi." Ballerini a passé tout la journée dans l'échappée à l'avant de la course. "Ce ne fut pas facile et quand les Intermarché-Wanty-Gobert ont commencé à activer le peloton, ils ont bouché un trou de quatre minutes en vingt kilomètres sur nous. Nous avons insisté, nous avons encore relancé en haut de la dernière difficulté. Un coureur de chez Trek (Mattias Skjelmose Jensen) a relancé, on a tout donné pour aller au bout et ça a réussi. J'attends l'étape de mercredi, la dernière du Tour de Wallonie. Ensuite, je disputerai le Tour de Burgos et le championnat d'Europe. Mais le plus important pour moi est le championnat du monde." (Belga)