Il serait grand temps que David Pollet (26 ans) se secoue. Transféré l'été dernier d'Anderlecht à Gand pour 1,5 million et quatre ans, il a perdu sa place au profit de Laurent Depoitre. L'avant belgo-français présente un bulletin médiocre: six titularisations pour un total de 473 minutes de jeu et deux buts seulement. La semaine dernière, Hein Vanhaezebrouck lui a donc décerné un insuffisant et l'a sommé de chercher un autre employeur. Contrairement à Depoitre et à Nicklas Pedersen, qui revient progressivement après une déchirure des ligaments croisés, Pollet ne réfléchit pas avec le staff. L'ancien buteur de Charleroi ne manque pas de vitesse mais il manque de mobilité. Ses actions trop statiques et l'impression de désintérêt qu'il donne à l'entraînement suscitent le courroux. Fait marquant, Pollet, comme l'ancien capitaine Christophe Lepoint, devenu tout aussi superflu, n'ont pas été repris dans le noyau pour le match contre Ostende.

Le problème, c'est que Pollet n'a aucunement envie d'un nouveau transfert intermédiaire, qui serait le deuxième en l'espace d'un an, même s'il suscite l'intérêt quotidien d'autres équipes. Il estime avoir acquis un certain statut à Charleroi et à Anderlecht et, surtout, il n'est pas des plus forts sur le plan mental.

Pour l'heure, le manager Michel Louwagie le refuse aux clubs belges, de peur qu'il n'éclose ailleurs. En outre, si Depoitre se blesse ou est suspendu, Gand n'a pas vraiment d'attaquant du même type sur lequel se rabattre. "Nous ne voulons pas perdre l'investissement consenti", précise Louwagie. "D'un autre côté, chez nous, tout le monde est toujours à vendre, pour autant que le dossier présenté soit bien ficelé."

Mogi Bayat, l'agent de Pollet, n'a pas souhaité faire de commentaires à Sport/Foot Magazine. Quant au joueur, il n'a pas été joignable de tout le week-end mais dimanche, il a quand même twitté qu'il se trouvait dans la tribune, concluant #COBW allez Gand! Les derniers jours du mercato hivernal promettent en tout cas d'être intéressants.

Par Frédéric Vanheule

Il serait grand temps que David Pollet (26 ans) se secoue. Transféré l'été dernier d'Anderlecht à Gand pour 1,5 million et quatre ans, il a perdu sa place au profit de Laurent Depoitre. L'avant belgo-français présente un bulletin médiocre: six titularisations pour un total de 473 minutes de jeu et deux buts seulement. La semaine dernière, Hein Vanhaezebrouck lui a donc décerné un insuffisant et l'a sommé de chercher un autre employeur. Contrairement à Depoitre et à Nicklas Pedersen, qui revient progressivement après une déchirure des ligaments croisés, Pollet ne réfléchit pas avec le staff. L'ancien buteur de Charleroi ne manque pas de vitesse mais il manque de mobilité. Ses actions trop statiques et l'impression de désintérêt qu'il donne à l'entraînement suscitent le courroux. Fait marquant, Pollet, comme l'ancien capitaine Christophe Lepoint, devenu tout aussi superflu, n'ont pas été repris dans le noyau pour le match contre Ostende.Le problème, c'est que Pollet n'a aucunement envie d'un nouveau transfert intermédiaire, qui serait le deuxième en l'espace d'un an, même s'il suscite l'intérêt quotidien d'autres équipes. Il estime avoir acquis un certain statut à Charleroi et à Anderlecht et, surtout, il n'est pas des plus forts sur le plan mental.Pour l'heure, le manager Michel Louwagie le refuse aux clubs belges, de peur qu'il n'éclose ailleurs. En outre, si Depoitre se blesse ou est suspendu, Gand n'a pas vraiment d'attaquant du même type sur lequel se rabattre. "Nous ne voulons pas perdre l'investissement consenti", précise Louwagie. "D'un autre côté, chez nous, tout le monde est toujours à vendre, pour autant que le dossier présenté soit bien ficelé."Mogi Bayat, l'agent de Pollet, n'a pas souhaité faire de commentaires à Sport/Foot Magazine. Quant au joueur, il n'a pas été joignable de tout le week-end mais dimanche, il a quand même twitté qu'il se trouvait dans la tribune, concluant #COBW allez Gand! Les derniers jours du mercato hivernal promettent en tout cas d'être intéressants.Par Frédéric Vanheule