"J'entame ce tournoi avec pas mal de questions, mais la bonne nouvelle, c'est que je peux enfin rejouer à fond", a expliqué le numéro un belge, qui s'est entraîné lundi avec le Français Lucas Pouille. "Je n'ai plus de douleurs au coude et je suis content d'être là où j'en suis. Garin, je ne le connais pas. Il s'agit de son premier Australian Open. Je ne sais pas ce qu'il vaut sur dur et il pourrait être nerveux. L'objectif, c'est de me lâcher, de me concentrer sur ce que je peux contrôler, pour produire le meilleur niveau possible". Battu l'an dernier dès le deuxième tour par le Français Julien Benneteau, David Goffin devrait logiquement franchir ce premier écueil. Même si l'on annonce une journée caniculaire - plus de 35 degrés - des conditions de jeu qu'il n'affectionne pas particulièrement. "Il devrait la supporter mieux que moi, mais j'ai bien joué dans la chaleur lors de mon match d'entraînement contre Nishikori (NdlR : vendredi). Il faut simplement s'y préparer le mieux possible, en s'l'hydratant et en s'alimentant bien. Je serai déjà content s'il y a un deuxième tour, car cela me permettra d'emmagasiner de la confiance, de grandir dans le tournoi et peut-être de faire quelque chose de bien. Je suis en tout cas très motivé". (Belga)

"J'entame ce tournoi avec pas mal de questions, mais la bonne nouvelle, c'est que je peux enfin rejouer à fond", a expliqué le numéro un belge, qui s'est entraîné lundi avec le Français Lucas Pouille. "Je n'ai plus de douleurs au coude et je suis content d'être là où j'en suis. Garin, je ne le connais pas. Il s'agit de son premier Australian Open. Je ne sais pas ce qu'il vaut sur dur et il pourrait être nerveux. L'objectif, c'est de me lâcher, de me concentrer sur ce que je peux contrôler, pour produire le meilleur niveau possible". Battu l'an dernier dès le deuxième tour par le Français Julien Benneteau, David Goffin devrait logiquement franchir ce premier écueil. Même si l'on annonce une journée caniculaire - plus de 35 degrés - des conditions de jeu qu'il n'affectionne pas particulièrement. "Il devrait la supporter mieux que moi, mais j'ai bien joué dans la chaleur lors de mon match d'entraînement contre Nishikori (NdlR : vendredi). Il faut simplement s'y préparer le mieux possible, en s'l'hydratant et en s'alimentant bien. Je serai déjà content s'il y a un deuxième tour, car cela me permettra d'emmagasiner de la confiance, de grandir dans le tournoi et peut-être de faire quelque chose de bien. Je suis en tout cas très motivé". (Belga)