"C'est un Grand Chelem. Il faudra donc être bien physiquement", a-t-il expliqué après sa défaite. "Je me sens un peu en-dessous pour l'instant physiquement. Dans mon jeu de jambes, je suis un peu lent. Dans le deuxième set, j'étais moins bien. On va surtout essayer de bosser là-dessus afin de pouvoir tenir et afficher une belle énergie dans chaque match, car en Grand Chelem, les matches sont longs. Ils peuvent durer quatre ou cinq sets. Et parfois, quand on commence mal, l'énergie permet de repasser au-dessus de l'adversaire." Malgré la mauvaise passe qu'il traverse, David Goffin tient à rester positif. Et il espère qu'il pourra rebondir à Roland-Garros, le tournoi où il s'était révélé en 2012 par une accession en huitième de finale contre un certain Roger Federer après être sorti des qualifications. "Je ne vais pas jouer la semaine prochaine, à Parme ou à Belgrade, mais privilégier une bonne préparation", a-t-il poursuivi. "Roland Garros est un Grand Chelem et quand on commence un Grand Chelem, en général, on oublie ce qui s'est passé avant. Ce sont les tournois les plus importants du monde, avec un engouement particulier. On essaie donc de faire le maximum et de gagner chaque match. Je suis impatient d'arriver à Roland Garros et j'espère que cela va bien se passer, avec des conditions que je vais apprécier. J'espère faire un bon tournoi." (Belga)

"C'est un Grand Chelem. Il faudra donc être bien physiquement", a-t-il expliqué après sa défaite. "Je me sens un peu en-dessous pour l'instant physiquement. Dans mon jeu de jambes, je suis un peu lent. Dans le deuxième set, j'étais moins bien. On va surtout essayer de bosser là-dessus afin de pouvoir tenir et afficher une belle énergie dans chaque match, car en Grand Chelem, les matches sont longs. Ils peuvent durer quatre ou cinq sets. Et parfois, quand on commence mal, l'énergie permet de repasser au-dessus de l'adversaire." Malgré la mauvaise passe qu'il traverse, David Goffin tient à rester positif. Et il espère qu'il pourra rebondir à Roland-Garros, le tournoi où il s'était révélé en 2012 par une accession en huitième de finale contre un certain Roger Federer après être sorti des qualifications. "Je ne vais pas jouer la semaine prochaine, à Parme ou à Belgrade, mais privilégier une bonne préparation", a-t-il poursuivi. "Roland Garros est un Grand Chelem et quand on commence un Grand Chelem, en général, on oublie ce qui s'est passé avant. Ce sont les tournois les plus importants du monde, avec un engouement particulier. On essaie donc de faire le maximum et de gagner chaque match. Je suis impatient d'arriver à Roland Garros et j'espère que cela va bien se passer, avec des conditions que je vais apprécier. J'espère faire un bon tournoi." (Belga)