"J'ai disputé un très bon match", a-t-il raconté. "Son style de jeu me convenait plutôt bien. Il y avait beaucoup d'échanges, mais cela ne me dérangeait pas, car mon accession en finale à Brisbane m'avait donné beaucoup de confiance dans mes coups. J'avais une idée claire de la manière dont je devais jouer contre David et je suis très bien entré dans la partie. J'étais très agressif alors que lui me semblait un peu lent. Le deuxième set a été très important car j'avais mené mais il était revenu, et cela pouvait devenir dangereux. Ensuite, j'ai déroulé." Et c'est donc Daniil Medvedev qui aura le privilège de défier Novak Djokovic (ATP 1) lundi dans la Rod Laver Arena pour une place en quart de finale. "J'ai déjà perdu deux fois contre lui, mais je suis devenu un autre joueur", a-t-il poursuivi. "Djokovic a des frappes hyper précises et il ne va pas me donner beaucoup d'occasions, mais comparé à Federer, Nadal ou Raonic, j'aurai au moins le temps de jouer. Il y aura des échanges et je pourrai lâcher mes coups. De toute façon, je n'aurai rien à perdre. Je voulais prouver que j'avais ma place parmi les 16 meilleurs. Maintenant, la pression est partie. Tout ce qui arrive est du bonus." (Belga)

"J'ai disputé un très bon match", a-t-il raconté. "Son style de jeu me convenait plutôt bien. Il y avait beaucoup d'échanges, mais cela ne me dérangeait pas, car mon accession en finale à Brisbane m'avait donné beaucoup de confiance dans mes coups. J'avais une idée claire de la manière dont je devais jouer contre David et je suis très bien entré dans la partie. J'étais très agressif alors que lui me semblait un peu lent. Le deuxième set a été très important car j'avais mené mais il était revenu, et cela pouvait devenir dangereux. Ensuite, j'ai déroulé." Et c'est donc Daniil Medvedev qui aura le privilège de défier Novak Djokovic (ATP 1) lundi dans la Rod Laver Arena pour une place en quart de finale. "J'ai déjà perdu deux fois contre lui, mais je suis devenu un autre joueur", a-t-il poursuivi. "Djokovic a des frappes hyper précises et il ne va pas me donner beaucoup d'occasions, mais comparé à Federer, Nadal ou Raonic, j'aurai au moins le temps de jouer. Il y aura des échanges et je pourrai lâcher mes coups. De toute façon, je n'aurai rien à perdre. Je voulais prouver que j'avais ma place parmi les 16 meilleurs. Maintenant, la pression est partie. Tout ce qui arrive est du bonus." (Belga)