Le skipper français Kevin Escoffier (PRB), monté sur son radeau de survie après une importante voie d'eau sur son bateau, a été récupéré sain et sauf par son compatriote Jean Le Cam (Yes we Cam!), a annoncé mardi l'organisation du Vendée Globe. "C'est à 2h18 heure française (1h18 GMT) que le team PRB a été informé du sauvetage. Le skipper de PRB est apparu souriant, emmitouflé dans sa combinaison de survie aux côtés de Jean Le Cam", a tweeté l'organisateur. Troisième de la course, Escoffier avait déclenché sa balise de détresse lundi alors qu'il naviguait dans les 40es Rugissants, une zone connue pour ses déferlantes et vents violents. "Tout a été mis en oeuvre pour retrouver le Malouin ballotté dans son radeau de survie à la frontière avec l'océan Indien, à 600 milles dans le Sud-Ouest du cap de Bonne-Espérance", s'est félicité l'organisateur sur son site, qui a suivi attentivement pendant plusieurs heures la tentative de sauvetage, finalement couronnée de succès. Les trois autres concurrents invités par l'organisation à se dérouter pour renforcer les recherches étaient Yannick Bestaven (Maître Coq), Boris Herrmann (Seaexplorer-Yacht Club de Monaco) et Sébastien Simon (Arkéa Paprec). Les concurrents ayant porté assistance pourront ensuite reprendre leur tour du monde (les heures consacrées au sauvetage seront décomptées de leur temps de course). Cette opération a rendu le classement peu lisible. Derrière Charlie Dalin, le deuxième, Thomas Ruyant (LinkedOut), continue à grignoter son retardn, avec 219,8 milles de retard contre 241,8 milles lors du dernier pointage, lundi en fin d'après-midi. (Belga)

Le skipper français Kevin Escoffier (PRB), monté sur son radeau de survie après une importante voie d'eau sur son bateau, a été récupéré sain et sauf par son compatriote Jean Le Cam (Yes we Cam!), a annoncé mardi l'organisation du Vendée Globe. "C'est à 2h18 heure française (1h18 GMT) que le team PRB a été informé du sauvetage. Le skipper de PRB est apparu souriant, emmitouflé dans sa combinaison de survie aux côtés de Jean Le Cam", a tweeté l'organisateur. Troisième de la course, Escoffier avait déclenché sa balise de détresse lundi alors qu'il naviguait dans les 40es Rugissants, une zone connue pour ses déferlantes et vents violents. "Tout a été mis en oeuvre pour retrouver le Malouin ballotté dans son radeau de survie à la frontière avec l'océan Indien, à 600 milles dans le Sud-Ouest du cap de Bonne-Espérance", s'est félicité l'organisateur sur son site, qui a suivi attentivement pendant plusieurs heures la tentative de sauvetage, finalement couronnée de succès. Les trois autres concurrents invités par l'organisation à se dérouter pour renforcer les recherches étaient Yannick Bestaven (Maître Coq), Boris Herrmann (Seaexplorer-Yacht Club de Monaco) et Sébastien Simon (Arkéa Paprec). Les concurrents ayant porté assistance pourront ensuite reprendre leur tour du monde (les heures consacrées au sauvetage seront décomptées de leur temps de course). Cette opération a rendu le classement peu lisible. Derrière Charlie Dalin, le deuxième, Thomas Ruyant (LinkedOut), continue à grignoter son retardn, avec 219,8 milles de retard contre 241,8 milles lors du dernier pointage, lundi en fin d'après-midi. (Belga)