Tombé lors de la 4e étape du Dakar, Walter Roelants (Husqvarna) souffre de deux vertèbres fracturées et d'un pneumothorax. C'était sa deuxième participation au rallye-raid, lui qui était devenu l'an dernier le motard belge le plus âgé à terminer la course, à 60 ans et 285 jours. Comme l'an dernier, Walter Roelants roulait pour la fondation de Marc Herremans, To Walk Again et pour son fils Joël, pilote de motocross victime d'un accident en 2014 en qualifications pour le GP d'Italie et paralysé depuis. Un accident que Walter s'est repassé. "Je me souviens que j'avais tout vu et que je suis resté avec lui. Maintenant, c'est moi, à la grosse différence que je peux encore bouger et que je ne serai pas paralysé", a confié Walter Roelants à son retour en Belgique. "J'étais avec Mathieu Liebaert mercredi. Il a été le premier avec moi. Je pense qu'il a vu l'accident. Il est resté près de moi jusqu'à l'arrivée de l'hélicoptère me disant que tout allait bien se passer. C'est un brave gars, je lui suis très reconnaissant". Walter Roelants a été épaulé sur place par son autre fils, Axel. "Il a été fantastique, s'occupant de tout avec ASO (les organisateurs, ndlr). (Belga)

Tombé lors de la 4e étape du Dakar, Walter Roelants (Husqvarna) souffre de deux vertèbres fracturées et d'un pneumothorax. C'était sa deuxième participation au rallye-raid, lui qui était devenu l'an dernier le motard belge le plus âgé à terminer la course, à 60 ans et 285 jours. Comme l'an dernier, Walter Roelants roulait pour la fondation de Marc Herremans, To Walk Again et pour son fils Joël, pilote de motocross victime d'un accident en 2014 en qualifications pour le GP d'Italie et paralysé depuis. Un accident que Walter s'est repassé. "Je me souviens que j'avais tout vu et que je suis resté avec lui. Maintenant, c'est moi, à la grosse différence que je peux encore bouger et que je ne serai pas paralysé", a confié Walter Roelants à son retour en Belgique. "J'étais avec Mathieu Liebaert mercredi. Il a été le premier avec moi. Je pense qu'il a vu l'accident. Il est resté près de moi jusqu'à l'arrivée de l'hélicoptère me disant que tout allait bien se passer. C'est un brave gars, je lui suis très reconnaissant". Walter Roelants a été épaulé sur place par son autre fils, Axel. "Il a été fantastique, s'occupant de tout avec ASO (les organisateurs, ndlr). (Belga)