"La spéciale était annoncée comme difficile, et ce fut le cas", a commenté Tom Colsoul, dont la voiture a été victime de deux crevaisons. "La navigation était difficile et pas mal de pilotes se sont fait avoir, mais pour nous cela a été parfaitement grâce à un très très bon roadbook. Et quand tout va bien comme ça, c'est beaucoup plus agréable. La surprise aujourd'hui, ce sont les pierres, vraiment très nombreuses sur le parcours. Je crois que tout le monde a crevé au moins une fois. C'était vraiment une spéciale pour les Buggy's. Je crains un peu le même scénario demain/lundi avec encore plus de pierres. L'idée était de partir sereinement pour ne pas griller les mécaniques et d'augmenter ensuite le tempo. On peut être content de terminer 5e, à six minutes des leaders. Il faut avoir un peu de chance. Mon ancien pilote, Przygonski n'est pas encore arrivé au bivouac". Deuxième belge engagé en auto, Fabian Lurquin, co-pilote lui aussi, avec le Français Mathieu Serradori, a terminé 7e à 8 minutes 55 du Lituanien Zala, lauréat du jour. "C'était une relativement bonne étape pour nous", a confié Fabian Lurquin sur un Buggy. "Sans prendre de risque et en roulant calmement. Il y avait tout: du sable, des dunes, des pierres et beaucoup de navigation. On a pris deux minutes de pénalités sur un way-point. On a eu la chance de pouvoir suivre des traces d'autres concurrents. Mais il faut toujours faire attention, parce que s'ils se sont trompés, on se trompe aussi. Nous sommes en bonne position pour l'étape de demain (lundi), on va essayer d'en profiter. Comme on reçoit le road-book juste avant le départ, il n'est pas possible de se préparer. Je pense qu'il y aura moins de sable et on va pouvoir rouler plus vite." Les crevaisons n'ont épargné personne. Le Qatari Nassel Al-Attiyah (Toyota Hilux) en a fait les frais, crevant à trois reprises en dix kilomètres. Il termine 4e de l'équipe du jour. Le régional de l'étape Yazeed Al Rahji a connu des soucis de navigation et le Sud-Africain a connu quatre crevaisons roulant sans pneu de rechange les 100 derniers kilomètres. "Ce fut une journée très difficile pour nous avec une pluie de crevaisons", a commenté Jean-Marc Fortin, le manager de Toyota Overdrive Racing. "Yazeed a perdu 12 minutes après s'être perdu après 31 kilomètres. Mais d'un autre côté, compte-tenu de tout cela, on limite les dégâts." (Belga)

"La spéciale était annoncée comme difficile, et ce fut le cas", a commenté Tom Colsoul, dont la voiture a été victime de deux crevaisons. "La navigation était difficile et pas mal de pilotes se sont fait avoir, mais pour nous cela a été parfaitement grâce à un très très bon roadbook. Et quand tout va bien comme ça, c'est beaucoup plus agréable. La surprise aujourd'hui, ce sont les pierres, vraiment très nombreuses sur le parcours. Je crois que tout le monde a crevé au moins une fois. C'était vraiment une spéciale pour les Buggy's. Je crains un peu le même scénario demain/lundi avec encore plus de pierres. L'idée était de partir sereinement pour ne pas griller les mécaniques et d'augmenter ensuite le tempo. On peut être content de terminer 5e, à six minutes des leaders. Il faut avoir un peu de chance. Mon ancien pilote, Przygonski n'est pas encore arrivé au bivouac". Deuxième belge engagé en auto, Fabian Lurquin, co-pilote lui aussi, avec le Français Mathieu Serradori, a terminé 7e à 8 minutes 55 du Lituanien Zala, lauréat du jour. "C'était une relativement bonne étape pour nous", a confié Fabian Lurquin sur un Buggy. "Sans prendre de risque et en roulant calmement. Il y avait tout: du sable, des dunes, des pierres et beaucoup de navigation. On a pris deux minutes de pénalités sur un way-point. On a eu la chance de pouvoir suivre des traces d'autres concurrents. Mais il faut toujours faire attention, parce que s'ils se sont trompés, on se trompe aussi. Nous sommes en bonne position pour l'étape de demain (lundi), on va essayer d'en profiter. Comme on reçoit le road-book juste avant le départ, il n'est pas possible de se préparer. Je pense qu'il y aura moins de sable et on va pouvoir rouler plus vite." Les crevaisons n'ont épargné personne. Le Qatari Nassel Al-Attiyah (Toyota Hilux) en a fait les frais, crevant à trois reprises en dix kilomètres. Il termine 4e de l'équipe du jour. Le régional de l'étape Yazeed Al Rahji a connu des soucis de navigation et le Sud-Africain a connu quatre crevaisons roulant sans pneu de rechange les 100 derniers kilomètres. "Ce fut une journée très difficile pour nous avec une pluie de crevaisons", a commenté Jean-Marc Fortin, le manager de Toyota Overdrive Racing. "Yazeed a perdu 12 minutes après s'être perdu après 31 kilomètres. Mais d'un autre côté, compte-tenu de tout cela, on limite les dégâts." (Belga)