Les participants de ce 44e Dakar ont parcouru les trois quarts de l'épreuve d'endurance. "C'était une belle journée aujourd'hui. J'ai attaqué. Lorsque j'ai aperçu des coureurs qui étaient partis avant moi au départ, j'ai continué à attaquer", commente à l'issue de l'étape, Jérôme Martiny. Je gagne une place au classement et mon prédécesseur a un quart d'heure d'avance. En chemin, c'était cool. Je sais que j'ai un peu perdu de temps à me repérer dans les dunes, mais dans l'ensemble, ça va. Là, je commence un peu à le sentir physiquement, surtout dans les mains. Mais si demain matin, je me sens bien, je continuerai à attaquer. D'abord passer chez le kiné et puis manger." Mikael Despontin, lui, conserve sa 49e place. "J'ai eu peur à un moment. J'ai franchi une dune un peu trop rapidement et après son sommet, la descente était assez abrupte. J'ai chuté mais sans gravité. Je suis déjà passé chez le kiné et mon dos et ma nuque sont OK. Nous serons prêts demain." (Belga)

Les participants de ce 44e Dakar ont parcouru les trois quarts de l'épreuve d'endurance. "C'était une belle journée aujourd'hui. J'ai attaqué. Lorsque j'ai aperçu des coureurs qui étaient partis avant moi au départ, j'ai continué à attaquer", commente à l'issue de l'étape, Jérôme Martiny. Je gagne une place au classement et mon prédécesseur a un quart d'heure d'avance. En chemin, c'était cool. Je sais que j'ai un peu perdu de temps à me repérer dans les dunes, mais dans l'ensemble, ça va. Là, je commence un peu à le sentir physiquement, surtout dans les mains. Mais si demain matin, je me sens bien, je continuerai à attaquer. D'abord passer chez le kiné et puis manger." Mikael Despontin, lui, conserve sa 49e place. "J'ai eu peur à un moment. J'ai franchi une dune un peu trop rapidement et après son sommet, la descente était assez abrupte. J'ai chuté mais sans gravité. Je suis déjà passé chez le kiné et mon dos et ma nuque sont OK. Nous serons prêts demain." (Belga)