Giniel de Villiers est pénalisé de 5 heures et doit rembourser tous les frais au motard concerné ainsi que le prix d'un engagement pour l'édition 2023 du Dakar. Ces deux derniers points ayant été proposé par le Sud-Africain, cela lui a sans doute évité l'exclusion. Giniel de Villiers recule ainsi de la 4e à la 38e place au classement général, à 5h49:17 désormais du leader, son coéquipier chez Toyota Gazoo Racing, le Qatari Nasser al-Attiyah. Le pilote Toyota a été sanctionné pour "avoir roulé sur la moto de Mohamedsaid Aoulad Ali, qui venait de tomber au sommet d'une dune. Le pilote avait assuré ne pas avoir entendu le système Sentinel, actionné par le motard pour prévenir les autres véhicules d'un danger imminent", raconte le quotidien français l'Equipe. Déjà sanctionné de cinq minutes de pénalité pour un accrochage avec un motard chilien, qu'il avait percuté lors de la première étape, le Sud-Africain a cette fois reçu une peine qui l'écarte sans doute de la course au podium. (Belga)

Giniel de Villiers est pénalisé de 5 heures et doit rembourser tous les frais au motard concerné ainsi que le prix d'un engagement pour l'édition 2023 du Dakar. Ces deux derniers points ayant été proposé par le Sud-Africain, cela lui a sans doute évité l'exclusion. Giniel de Villiers recule ainsi de la 4e à la 38e place au classement général, à 5h49:17 désormais du leader, son coéquipier chez Toyota Gazoo Racing, le Qatari Nasser al-Attiyah. Le pilote Toyota a été sanctionné pour "avoir roulé sur la moto de Mohamedsaid Aoulad Ali, qui venait de tomber au sommet d'une dune. Le pilote avait assuré ne pas avoir entendu le système Sentinel, actionné par le motard pour prévenir les autres véhicules d'un danger imminent", raconte le quotidien français l'Equipe. Déjà sanctionné de cinq minutes de pénalité pour un accrochage avec un motard chilien, qu'il avait percuté lors de la première étape, le Sud-Africain a cette fois reçu une peine qui l'écarte sans doute de la course au podium. (Belga)