Jeudi, c'est l'étape la plus longue (511 km chronométrés) - avec une traversée de dunes d'une centaine de kilomètres - qui attend les pilotes. Une spéciale décisive à la veille de l'arrivée. "Il va falloir continuer à se battre. Il reste encore des kilomètres et tout peut changer à chaque seconde", avait déclaré Kevin Benavides mardi, lui qui possède 51 secondes d'avance au général sur Ricky Brabec, le tenant du Dakar, et victorieux mercredi de sa troisième étape sur l'épreuve cette année, en comptant le prologue). "Je suis sûr que Nacho a beaucoup de pression. Mener le Dakar, ce n'est pas facile. Il ne s'agit pas de pression venant de l'équipe, mais à titre personnel", a déclaré de son côté Ricky Brabec sur le site du Dakar. "C'est un jeune garçon, il a super bien roulé toute la semaine, il a surpris tout le monde, c'est le meilleur navigateur du rallye. On sait dans l'équipe que tout le monde veut gagner, c'est ce qu'il y a de mieux. Il n'y aura pas de consigne d'équipe". (Belga)

Jeudi, c'est l'étape la plus longue (511 km chronométrés) - avec une traversée de dunes d'une centaine de kilomètres - qui attend les pilotes. Une spéciale décisive à la veille de l'arrivée. "Il va falloir continuer à se battre. Il reste encore des kilomètres et tout peut changer à chaque seconde", avait déclaré Kevin Benavides mardi, lui qui possède 51 secondes d'avance au général sur Ricky Brabec, le tenant du Dakar, et victorieux mercredi de sa troisième étape sur l'épreuve cette année, en comptant le prologue). "Je suis sûr que Nacho a beaucoup de pression. Mener le Dakar, ce n'est pas facile. Il ne s'agit pas de pression venant de l'équipe, mais à titre personnel", a déclaré de son côté Ricky Brabec sur le site du Dakar. "C'est un jeune garçon, il a super bien roulé toute la semaine, il a surpris tout le monde, c'est le meilleur navigateur du rallye. On sait dans l'équipe que tout le monde veut gagner, c'est ce qu'il y a de mieux. Il n'y aura pas de consigne d'équipe". (Belga)