"La chaleur était notre principale ennemie. A certains moments c'était insupportable. La température dans le cockpit a dépassé les 50 degrés Celsius", indique Rotsaert. "Il n'y avait pas un souffle de vent, c'était vraiment dur. L'étape s'est surtout déroulée entre les arbres, et sur de mauvais sentiers. Cela prenait parfois l'allure d'un tour de force, mais je suis finalement content de notre prestation. Nous avons pu rouler à notre tempo, et le véhicule n'a pas souffert. Demain, une longue journée nous attend avec une connexion d'un bon 400 km, avant une étape de classement de 284 km". Chez les camions, c'est toutefois Serge Bruynkens qui apparait comme premier Belge au classement lundi soir. Le copilote du Kazakh Artur Ardavichus se retrouve 8e. "La spéciale d'aujourd'hui n'était en fait rien de plus qu'un échauffement, mais qui avait tout pour lui", indique-t-il. "De la vitesse, des jumps, un checkpoint pour se mettre dans la course, où il fallait faire très attention aux fossés qui bordaient la route. Les sentiers du Paraguay sont comparables à ceux d'Argentine, que nous aurons à affronter dès mardi. Pendant l'étape d'aujourd'hui nous avons rapidement été confrontés à un volant qui avait beaucoup de jeu. Cela nous donnait un sentiment d'insécurité. Quand, à très grande vitesse, tu tournes le volant et que cela n'a que peu ou pas du tout d'effet, il s'agit de limiter la casse et de ne pas perdre trop de temps. Parfois, il fallait vraiment bien viser pour rester au milieu du chemin. L'équipe va tenter de régler ce problème ce soir. Mardi il fera à nouveau chaud, avec des températures jusqu'à 43°. Ca va encore être dur". (Belga)

"La chaleur était notre principale ennemie. A certains moments c'était insupportable. La température dans le cockpit a dépassé les 50 degrés Celsius", indique Rotsaert. "Il n'y avait pas un souffle de vent, c'était vraiment dur. L'étape s'est surtout déroulée entre les arbres, et sur de mauvais sentiers. Cela prenait parfois l'allure d'un tour de force, mais je suis finalement content de notre prestation. Nous avons pu rouler à notre tempo, et le véhicule n'a pas souffert. Demain, une longue journée nous attend avec une connexion d'un bon 400 km, avant une étape de classement de 284 km". Chez les camions, c'est toutefois Serge Bruynkens qui apparait comme premier Belge au classement lundi soir. Le copilote du Kazakh Artur Ardavichus se retrouve 8e. "La spéciale d'aujourd'hui n'était en fait rien de plus qu'un échauffement, mais qui avait tout pour lui", indique-t-il. "De la vitesse, des jumps, un checkpoint pour se mettre dans la course, où il fallait faire très attention aux fossés qui bordaient la route. Les sentiers du Paraguay sont comparables à ceux d'Argentine, que nous aurons à affronter dès mardi. Pendant l'étape d'aujourd'hui nous avons rapidement été confrontés à un volant qui avait beaucoup de jeu. Cela nous donnait un sentiment d'insécurité. Quand, à très grande vitesse, tu tournes le volant et que cela n'a que peu ou pas du tout d'effet, il s'agit de limiter la casse et de ne pas perdre trop de temps. Parfois, il fallait vraiment bien viser pour rester au milieu du chemin. L'équipe va tenter de régler ce problème ce soir. Mardi il fera à nouveau chaud, avec des températures jusqu'à 43°. Ca va encore être dur". (Belga)