Elle est loin l'époque où la Belgique bénéficiait d'un championnat classique à l'instar de la plupart des ligues européennes. En 2009-2010, des play-offs ont été instaurés en première division. Tandis que les PO1 sont consacrés à la lutte pour le titre, les PO2 à la lutte pour une place européenne. Quant aux PO3, il s'agissait de se battre pour le maintien, mais ces derniers ont été supprimés dès la saison 2015-2016. Ainsi, cette année, le 15e du classement (Westerlo en l'occurrence) a vu son championnat clos au terme de la phase classique. Le 16e, OHL est lui directement descendu... en D2 ? Logiquement, tel devrait être le cas mais en réalité non. Explications.

Le 15 juin dernier, la Commission Nationale d'Etudes (CNE) a acté une scission entre le football professionnel et le football amateur. Pour ce faire, une réforme chamboulera le sport le plus populaire de Belgique dès la saison prochaine. Néanmoins, cette année déjà, la transition entre l'ancien et le nouveau système a été remarquable.

En D2, Eupen, l'Antwerp et le White Star sont, à une journée de la fin du championnat, les trois candidats à la montée en D1. Et autant dire que cela risque bel et bien d'être tendu dès samedi prochain puisque le deuxième reçoit le premier dans le cadre d'une rencontre décisive. Le gagnant sera promu, un nul verrait soit Eupen passer en cas de mauvais résultat du White Star soit les Bruxellois être sacrés en cas de victoire face au Patro Eisden.

Les deux malheureux garderont alors leur place, avec cinq autres clubs, en Division 2 professionnelle, surnommée D1b ou "Proximus League". Un seul montant, pas de tour final donc. Il s'agirait là des 24 clubs reconnus comme professionnels plutôt que les 34 répertoriés précédemment.

Les neuf autres clubs de l'actuelle Division 2 seront, eux, reversés en D1 amateurs, également appelée "Super D3 amateurs". Dans cette compétition à 16 équipes, les 9 derniers de l'actuelle division 2 belge seront rejoints par les 7 promus de la division 3 actuelle : les deux premiers des séries A et B et les trois vainqueurs du tour final qui opposera le 3e, 4e, 5e et 6e de chaque série. Aucune équipe de D3 n'est donc susceptible de monter cette année.

Parmi les neuf clubs, certains sont déjà assurés de descendre en D1 amateurs. Ainsi, c'est le cas de Coxyde, Heist, le Patro Eisden, Deinze, Geel, Virton, Seraing et Dessel. Une place se jouera jusque la dernière journée entre le Lierse et Roulers. Le Lierse (48 points) se rendra à Virton, Roulers (47) accueillera Coxyde. L'importance de ces matchs est capitale pour ces équipes.

Dans les divisions inférieures, il y aura trois D2 amateurs (2 néerlandophones, une francophone) de 16 clubs chacune. Ensuite, place à quatre D3 amateurs : 2 néerlandophones de 16 clubs et deux francophones de 14 équipes (16 d'ici 2017-2018).

La dernière branche du football belge appartient au football provincial pour lequel aucun changement n'est à signaler.

Quentin Droussin

Elle est loin l'époque où la Belgique bénéficiait d'un championnat classique à l'instar de la plupart des ligues européennes. En 2009-2010, des play-offs ont été instaurés en première division. Tandis que les PO1 sont consacrés à la lutte pour le titre, les PO2 à la lutte pour une place européenne. Quant aux PO3, il s'agissait de se battre pour le maintien, mais ces derniers ont été supprimés dès la saison 2015-2016. Ainsi, cette année, le 15e du classement (Westerlo en l'occurrence) a vu son championnat clos au terme de la phase classique. Le 16e, OHL est lui directement descendu... en D2 ? Logiquement, tel devrait être le cas mais en réalité non. Explications.Le 15 juin dernier, la Commission Nationale d'Etudes (CNE) a acté une scission entre le football professionnel et le football amateur. Pour ce faire, une réforme chamboulera le sport le plus populaire de Belgique dès la saison prochaine. Néanmoins, cette année déjà, la transition entre l'ancien et le nouveau système a été remarquable. En D2, Eupen, l'Antwerp et le White Star sont, à une journée de la fin du championnat, les trois candidats à la montée en D1. Et autant dire que cela risque bel et bien d'être tendu dès samedi prochain puisque le deuxième reçoit le premier dans le cadre d'une rencontre décisive. Le gagnant sera promu, un nul verrait soit Eupen passer en cas de mauvais résultat du White Star soit les Bruxellois être sacrés en cas de victoire face au Patro Eisden. Les deux malheureux garderont alors leur place, avec cinq autres clubs, en Division 2 professionnelle, surnommée D1b ou "Proximus League". Un seul montant, pas de tour final donc. Il s'agirait là des 24 clubs reconnus comme professionnels plutôt que les 34 répertoriés précédemment. Les neuf autres clubs de l'actuelle Division 2 seront, eux, reversés en D1 amateurs, également appelée "Super D3 amateurs". Dans cette compétition à 16 équipes, les 9 derniers de l'actuelle division 2 belge seront rejoints par les 7 promus de la division 3 actuelle : les deux premiers des séries A et B et les trois vainqueurs du tour final qui opposera le 3e, 4e, 5e et 6e de chaque série. Aucune équipe de D3 n'est donc susceptible de monter cette année. Parmi les neuf clubs, certains sont déjà assurés de descendre en D1 amateurs. Ainsi, c'est le cas de Coxyde, Heist, le Patro Eisden, Deinze, Geel, Virton, Seraing et Dessel. Une place se jouera jusque la dernière journée entre le Lierse et Roulers. Le Lierse (48 points) se rendra à Virton, Roulers (47) accueillera Coxyde. L'importance de ces matchs est capitale pour ces équipes.Dans les divisions inférieures, il y aura trois D2 amateurs (2 néerlandophones, une francophone) de 16 clubs chacune. Ensuite, place à quatre D3 amateurs : 2 néerlandophones de 16 clubs et deux francophones de 14 équipes (16 d'ici 2017-2018).La dernière branche du football belge appartient au football provincial pour lequel aucun changement n'est à signaler. Quentin Droussin