La situation financière du White Star, troisième en deuxième division, s'est-elle sensiblement améliorée ces derniers jours ? Une chose est sûre, c'est que le club bruxellois n'est plus en défaut de paiement envers personne. C'est la raison pour laquelle il avait échoué au contrôle intermédiaire effectué pour l'octroi de la Licence Pro au mois de décembre.

Le White Star s'est retrouvé en grosses difficultés financières suite au départ de son mécène Philippe Sotiaux. Différents médias ont évoqué la somme de 600.000 à 800.000 euros à trouver pour terminer la saison.

Le vendredi 11 janvier, le président Michel Farin a dîné avec l'influent Luciano D'Onofrio. Une information que le club ne dément pas, s'empressant cependant de préciser que "ce dîner fut une rencontre de courtoisie entre deux passionnés de football."

Entre-temps, le White Star a perdu deux de ses meilleurs éléments avec Maxime Chanot (Beerschot) et Bapstiste Ulens (Courtrai).

La situation financière du White Star, troisième en deuxième division, s'est-elle sensiblement améliorée ces derniers jours ? Une chose est sûre, c'est que le club bruxellois n'est plus en défaut de paiement envers personne. C'est la raison pour laquelle il avait échoué au contrôle intermédiaire effectué pour l'octroi de la Licence Pro au mois de décembre. Le White Star s'est retrouvé en grosses difficultés financières suite au départ de son mécène Philippe Sotiaux. Différents médias ont évoqué la somme de 600.000 à 800.000 euros à trouver pour terminer la saison. Le vendredi 11 janvier, le président Michel Farin a dîné avec l'influent Luciano D'Onofrio. Une information que le club ne dément pas, s'empressant cependant de préciser que "ce dîner fut une rencontre de courtoisie entre deux passionnés de football." Entre-temps, le White Star a perdu deux de ses meilleurs éléments avec Maxime Chanot (Beerschot) et Bapstiste Ulens (Courtrai).