Club NXT

Rik De Mil, le coach du Club NXT., belga
Rik De Mil, le coach du Club NXT. © belga
  • Les +

L'encadrement et le professionnalisme : Le Club Bruges a beaucoup investi dans ses espoirs, qui se distinguent depuis deux ans en Youth League. Certains joueurs sont apparus en équipe première, à commencer par Charles De Ketelaere. Les autres pourront faire leurs armes en D1B à partir de samedi. Le Club a un encadrement suffisant pour la D1B. Les espoirs s'entraînent aussi à Knokke-Heist, dans les meilleures conditions, ils disposent de l'assistance-vidéo et d'entraîneurs expérimentés. C'est ce qui lui a permis de transformer aussi vite son équipe B en laboratoire. Ça peut être profitable à la D1A comme à la D1B : 80 à 90% des jeunes formés par le Club n'intègrent pas le noyau A. Les autres clubs vont pouvoir déceler les réels talents dans une vraie compétition.

  • Les -

Un feu vert tardif : Si Bruges avait pu préparer l'équipe quelques mois plus tôt, le noyau aurait été plus solide et un joueur comme Mathias De Wolf n'aurait pas été prêté aux Pays-Bas. Chaque semaine, il s'agira aussi de passer rapidement de l'équipe fanion à la NXT, de voir qui y aura combien de temps de jeu. Carl Hoefkens est l'homme de liaison et pense que l'équipe est prête. Mais le noyau devra en plus participer à la Youth League.

KMSK Deinze

Raphaël Lecomte arrive de Virton., belga
Raphaël Lecomte arrive de Virton. © belga
  • Les +

Les renforts de D1A : Le manager général et CEO Kenny Victoor a amené trois connaissances ostendaises à la Dakota Arena : le gardien William Dutoit, le médian défensif Renato Neto et l'offensif Ronald Vargas. Le promu a en outre transféré deux autres routiniers pour l'axe central : le défenseur axial gaucher Siebe Blondelle (KAS Eupen) et le médian français Raphaël Lecomte (R Exc. Virton). Sans oublier Dylan De Belder (Cercle Bruges). On a également cité le nom d'autres renforts possibles, comme Killian Overmeire et Gohi Bi Cyriac, d'ici la clôture du mercato.

  • Les -

Le manque de supporters : Le président Denijs Van De Weghe ne dissimule pas ses ambitions tout en répétant qu'il veut progresser pas à pas. D'ici la fin de l'année prochaine, Deinze disposera d'un nouveau stade multifonctionnel, qui comprendra aussi un complexe de bureaux de 4.000 mètres carrés et un immeuble d'appartements de soixante mètres de haut. C'est éloquent. Reste à voir si l'élargissement de 4.000 à 6.000 places, dont 5.000 sièges, sera rentable. Dans le passé, Deinze, situé entre La Gantoise et Zulte Waregem, n'a jamais drainé plus de 2.000 spectateurs, même au zénith de son histoire, en D2.

Lierse K

Après deux ans d'absence, le Lierse retrouve le foot pro., belga
Après deux ans d'absence, le Lierse retrouve le foot pro. © belga
  • Les +

Aucune obligation : Tout est possible, sans aucune obligation, puisqu'il y a trois semaines, le Lierse pensait se produire en Nationale 1, après avoir évité de justesse la relégation. Il réintègre donc le football professionnel, deux ans après sa faillite. Quand le public sera à nouveau autorisé, il aura l'avantage du terrain, puisqu'il peut compter sur 2 à 3.000 spectateurs. L'équipe belge, homogène, possède un bon duo d'entraîneurs, avec Tom Van Imschoot, qui a connu le succès avec Lommel il y a deux ans, et l'expérimenté Nico Van Kerckhoven, ancien international belge. Un must pour la direction.

  • Les -

La préparation tardive : Quand le Lierse a appris qu'il était repris en D1B, il n'avait pas encore disputé de match de préparation, pensant jouer en amateurs. Il a procédé au grand nettoyage, après une saison ratée, mais il doit intégrer dix nouveaux joueurs, ce qui va requérir du temps et risque d'hypothéquer son début de championnat.

Lommel SK

Lommel doit former des jeunes., belga
Lommel doit former des jeunes. © belga
  • Les +

Le soutien financier d'un groupe mondial : Lommel doit former les jeunes qui se produiront pour une des équipes du City Group. D'où le choix de l'entraîneur, Liam Manning, qui remplace Peter Maes. Manchester City cherche du personnel disposant d'une marge de progression pour son projet limbourgeois et ça vaut aussi pour l'entraîneur. Manning a travaillé avec les jeunes de West Ham et Ipswich Town, il a acquis de l'expérience aux côtés de Claudio Reyna à la New York City Football Club Academy et entame son premier mandat de T1. Après avoir vécu à Londres et à New York, il va devoir se faire au calme de la Campine. C'est pareil pour son assistant, le Néerlandais Peter van de Veen, qui a travaillé avec les équipes d'âge néerlandaises et va combiner Zeist et Lommel dans un premier temps.

  • Les -

Un nouveau projet et une tour de Babel : L'équipe doit donc aider les jeunes à éclore. Est-ce faisable dans une division aussi dure ? Manning veut développer un football spectaculaire, en plus. Le projet n'a été lancé qu'au printemps. En mai, Lommel a eu recours à la CBAS pour obtenir une licence professionnelle. Il faut donc du temps. Les chevilles ouvrières belges, Harm van Veldhoven, Ronny Van Geneugden et Vladan Kujovic, l'entraîneur des gardiens, connaîssent le championnat et devront guider Manning dans ses choix. On s'attend à ce que l'un ou l'autre jeune intègre encore le noyau d'ici la fin des transferts. Les nouveaux viennent de partout. Un interprète ne serait pas de trop.

RWDM

Tout comme le RWDM, Joeri Dequevy retrouve le foot pro., belga
Tout comme le RWDM, Joeri Dequevy retrouve le foot pro. © belga
  • Les +

Les nouveaux : Thierry Dailly semble avoir visé juste dans son recrutement.Florian Le Joncour (ex-Concarneau) en défense, Stélvio Cruz (ex-Virton) au milieu ou Lenny Nangis (ex-Sarpsborg 08) devant, semblent autant de bonnes prises capable de bonifier l'équipe et d'apporter de la solidité dans chaque ligne. À condition que la mayonnaise prenne. C'est le risque quand on transfère à tour de bras.

  • Les -

Le budget : Plus petit budget de la série avec deux millions d'euros, les Bruxellois avanceront à tâtons dans une D1B qu'ils découvrent. D'abord en recherche de stabilité sportive, le RWDM cherchera aussi la sérénité en interne dans un staff où on dit déjà que la cohabitation entre Fred Stilmant (T2) et Laurent Demol (T1) s'annonce explosive.

Seraing

Emilio Ferrera, le coach de Seraing., belga
Emilio Ferrera, le coach de Seraing. © belga
  • Les +

Un partenaire fort : Seraing est le petit frère du FC Metz et on voit que le club français prend cette collaboration très au sérieux. Plusieurs jeunes prometteurs sont prêtés pour cette saison, dont certains qui ont déjà un beau parcours, notamment en sélections françaises et en Ligue des Champions africaine. Important aussi : Metz n'a imposé aucun de ces joueurs à Seraing. Toutes les arrivées ont été validées par le T1 Emilio Ferrera et son staff. Seraing n'est donc pas un simple parking de Metz. Parmi les raisons d'y croire, on doit aussi signaler la très bonne campagne de préparation, avec quelques résultats très encourageants.

  • Les -

Une D1B à découvrir : Si on n'avait tenu que des résultats sur le terrain, Seraing ne devrait pas se retrouver aujourd'hui au départ du championnat de D1B. Les Liégeois n'ont terminé qu'à la troisième place du dernier championnat de D1 amateurs. Ils ont profité des problèmes financiers de Roulers et Virton pour monter sur le tapis vert. Forcément, on trouve dans le noyau une immense majorité des joueurs qui ne connaissent rien de la D1B et de ses caractéristiques. Les joueurs venus de France vont-ils pouvoir s'adapter rapidement à ces exigences ?

Union Saint-Gilloise

Loïc Lapoussin s'est mis en évidence durant la préparation., belga
Loïc Lapoussin s'est mis en évidence durant la préparation. © belga
  • Les +

Un recrutement qui a de la gueule : En embauchant Felice Mazzù pour succéder à Thomas Christiansen, l'Union a directement frappé un grand coup. L'ancien coach à succès des Zèbres ne débarque certainement pas au Parc Duden pour vivre une saison tranquille. Les ambitions sont là, comme le prouve également le recrutement à titre définitif de Dante Vanzeir (seize buts il y a deux saisons au Beerschot, et 18 matches en D1A à Malines l'an dernier). Les nouveaux venus de Virton sont également de bonnes pioches : Anthony Moris était l'un des meilleurs gardiens de la série en 19/20 et Loïc Lapoussin a déjà démontré toute l'étendue de son talent durant la préparation où il était intenable. L'équipe est clairement taillée pour jouer les premiers rôles dans cette D1B.

  • Les -

Enfin, un vrai 9 ? : Depuis le départ de Youssoufou Niakaté, en 2019, l'Union se cherche un véritable buteur. L'Allemand Deniz Undav a été embauché. Il a montré qu'il avait du football dans les pieds durant la préparation, mais son recrutement est un pari. À 24 ans, il n'a jamais évolué à un plus haut niveau que la D3 allemande (où il a tout de même planté 17 roses la saison dernière). Les autres pointes potentielles, Charlie Brown et Ibrahima Sory Bah, ont également encore tout à prouver.

KVC Westerlo

Bob Peeters et Westerlo devraient jouer les premiers rôles en D1B., belga
Bob Peeters et Westerlo devraient jouer les premiers rôles en D1B. © belga
  • Les +

Brüls est resté : On a cru que le joueur des Cantons de l'Est, lié pour une saison encore au club campinois, allait céder à l'appel de son ancien club, l'AS Eupen. Finalement, le Kehrweg lui a préféré une autre plaque tournante, Victor Vazquez (33, ex-Barça et Club Bruges). Brüls, un pion crucial dans la tactique de Bob Peeters, puisqu'il approvisionne Kurt Abrahams, a l'opportunité d'obtenir un nouveau contrat et de redevenir un joueur qui apporte une réelle plus-value à la D1B.

  • Les -

Les buts et assists de Gilles Dewaele : Gilles Dewaele (24 ans), l'ancien joueur du Cercle, a aisément assimilé son passage à Courtrai, avec lequel il a trouvé un accord dès la fin mars, pour trois saisons. L'arrière droit a une énorme capacité pulmonaire, il est à même de prendre en charge tout son flanc et lui confère constamment de la profondeur. En cas de nécessité, il peut aussi dépanner au centre de la défense. La saison passée, Dewaele a délivré de nombreuses passes tout en prouvant son efficacité avec cinq buts et trois assists.

L'encadrement et le professionnalisme : Le Club Bruges a beaucoup investi dans ses espoirs, qui se distinguent depuis deux ans en Youth League. Certains joueurs sont apparus en équipe première, à commencer par Charles De Ketelaere. Les autres pourront faire leurs armes en D1B à partir de samedi. Le Club a un encadrement suffisant pour la D1B. Les espoirs s'entraînent aussi à Knokke-Heist, dans les meilleures conditions, ils disposent de l'assistance-vidéo et d'entraîneurs expérimentés. C'est ce qui lui a permis de transformer aussi vite son équipe B en laboratoire. Ça peut être profitable à la D1A comme à la D1B : 80 à 90% des jeunes formés par le Club n'intègrent pas le noyau A. Les autres clubs vont pouvoir déceler les réels talents dans une vraie compétition.Un feu vert tardif : Si Bruges avait pu préparer l'équipe quelques mois plus tôt, le noyau aurait été plus solide et un joueur comme Mathias De Wolf n'aurait pas été prêté aux Pays-Bas. Chaque semaine, il s'agira aussi de passer rapidement de l'équipe fanion à la NXT, de voir qui y aura combien de temps de jeu. Carl Hoefkens est l'homme de liaison et pense que l'équipe est prête. Mais le noyau devra en plus participer à la Youth League.Les renforts de D1A : Le manager général et CEO Kenny Victoor a amené trois connaissances ostendaises à la Dakota Arena : le gardien William Dutoit, le médian défensif Renato Neto et l'offensif Ronald Vargas. Le promu a en outre transféré deux autres routiniers pour l'axe central : le défenseur axial gaucher Siebe Blondelle (KAS Eupen) et le médian français Raphaël Lecomte (R Exc. Virton). Sans oublier Dylan De Belder (Cercle Bruges). On a également cité le nom d'autres renforts possibles, comme Killian Overmeire et Gohi Bi Cyriac, d'ici la clôture du mercato. Le manque de supporters : Le président Denijs Van De Weghe ne dissimule pas ses ambitions tout en répétant qu'il veut progresser pas à pas. D'ici la fin de l'année prochaine, Deinze disposera d'un nouveau stade multifonctionnel, qui comprendra aussi un complexe de bureaux de 4.000 mètres carrés et un immeuble d'appartements de soixante mètres de haut. C'est éloquent. Reste à voir si l'élargissement de 4.000 à 6.000 places, dont 5.000 sièges, sera rentable. Dans le passé, Deinze, situé entre La Gantoise et Zulte Waregem, n'a jamais drainé plus de 2.000 spectateurs, même au zénith de son histoire, en D2.Aucune obligation : Tout est possible, sans aucune obligation, puisqu'il y a trois semaines, le Lierse pensait se produire en Nationale 1, après avoir évité de justesse la relégation. Il réintègre donc le football professionnel, deux ans après sa faillite. Quand le public sera à nouveau autorisé, il aura l'avantage du terrain, puisqu'il peut compter sur 2 à 3.000 spectateurs. L'équipe belge, homogène, possède un bon duo d'entraîneurs, avec Tom Van Imschoot, qui a connu le succès avec Lommel il y a deux ans, et l'expérimenté Nico Van Kerckhoven, ancien international belge. Un must pour la direction. La préparation tardive : Quand le Lierse a appris qu'il était repris en D1B, il n'avait pas encore disputé de match de préparation, pensant jouer en amateurs. Il a procédé au grand nettoyage, après une saison ratée, mais il doit intégrer dix nouveaux joueurs, ce qui va requérir du temps et risque d'hypothéquer son début de championnat.Le soutien financier d'un groupe mondial : Lommel doit former les jeunes qui se produiront pour une des équipes du City Group. D'où le choix de l'entraîneur, Liam Manning, qui remplace Peter Maes. Manchester City cherche du personnel disposant d'une marge de progression pour son projet limbourgeois et ça vaut aussi pour l'entraîneur. Manning a travaillé avec les jeunes de West Ham et Ipswich Town, il a acquis de l'expérience aux côtés de Claudio Reyna à la New York City Football Club Academy et entame son premier mandat de T1. Après avoir vécu à Londres et à New York, il va devoir se faire au calme de la Campine. C'est pareil pour son assistant, le Néerlandais Peter van de Veen, qui a travaillé avec les équipes d'âge néerlandaises et va combiner Zeist et Lommel dans un premier temps.Un nouveau projet et une tour de Babel : L'équipe doit donc aider les jeunes à éclore. Est-ce faisable dans une division aussi dure ? Manning veut développer un football spectaculaire, en plus. Le projet n'a été lancé qu'au printemps. En mai, Lommel a eu recours à la CBAS pour obtenir une licence professionnelle. Il faut donc du temps. Les chevilles ouvrières belges, Harm van Veldhoven, Ronny Van Geneugden et Vladan Kujovic, l'entraîneur des gardiens, connaîssent le championnat et devront guider Manning dans ses choix. On s'attend à ce que l'un ou l'autre jeune intègre encore le noyau d'ici la fin des transferts. Les nouveaux viennent de partout. Un interprète ne serait pas de trop. Les nouveaux : Thierry Dailly semble avoir visé juste dans son recrutement.Florian Le Joncour (ex-Concarneau) en défense, Stélvio Cruz (ex-Virton) au milieu ou Lenny Nangis (ex-Sarpsborg 08) devant, semblent autant de bonnes prises capable de bonifier l'équipe et d'apporter de la solidité dans chaque ligne. À condition que la mayonnaise prenne. C'est le risque quand on transfère à tour de bras. Le budget : Plus petit budget de la série avec deux millions d'euros, les Bruxellois avanceront à tâtons dans une D1B qu'ils découvrent. D'abord en recherche de stabilité sportive, le RWDM cherchera aussi la sérénité en interne dans un staff où on dit déjà que la cohabitation entre Fred Stilmant (T2) et Laurent Demol (T1) s'annonce explosive. Un partenaire fort : Seraing est le petit frère du FC Metz et on voit que le club français prend cette collaboration très au sérieux. Plusieurs jeunes prometteurs sont prêtés pour cette saison, dont certains qui ont déjà un beau parcours, notamment en sélections françaises et en Ligue des Champions africaine. Important aussi : Metz n'a imposé aucun de ces joueurs à Seraing. Toutes les arrivées ont été validées par le T1 Emilio Ferrera et son staff. Seraing n'est donc pas un simple parking de Metz. Parmi les raisons d'y croire, on doit aussi signaler la très bonne campagne de préparation, avec quelques résultats très encourageants.Une D1B à découvrir : Si on n'avait tenu que des résultats sur le terrain, Seraing ne devrait pas se retrouver aujourd'hui au départ du championnat de D1B. Les Liégeois n'ont terminé qu'à la troisième place du dernier championnat de D1 amateurs. Ils ont profité des problèmes financiers de Roulers et Virton pour monter sur le tapis vert. Forcément, on trouve dans le noyau une immense majorité des joueurs qui ne connaissent rien de la D1B et de ses caractéristiques. Les joueurs venus de France vont-ils pouvoir s'adapter rapidement à ces exigences ?Un recrutement qui a de la gueule : En embauchant Felice Mazzù pour succéder à Thomas Christiansen, l'Union a directement frappé un grand coup. L'ancien coach à succès des Zèbres ne débarque certainement pas au Parc Duden pour vivre une saison tranquille. Les ambitions sont là, comme le prouve également le recrutement à titre définitif de Dante Vanzeir (seize buts il y a deux saisons au Beerschot, et 18 matches en D1A à Malines l'an dernier). Les nouveaux venus de Virton sont également de bonnes pioches : Anthony Moris était l'un des meilleurs gardiens de la série en 19/20 et Loïc Lapoussin a déjà démontré toute l'étendue de son talent durant la préparation où il était intenable. L'équipe est clairement taillée pour jouer les premiers rôles dans cette D1B.Enfin, un vrai 9 ? : Depuis le départ de Youssoufou Niakaté, en 2019, l'Union se cherche un véritable buteur. L'Allemand Deniz Undav a été embauché. Il a montré qu'il avait du football dans les pieds durant la préparation, mais son recrutement est un pari. À 24 ans, il n'a jamais évolué à un plus haut niveau que la D3 allemande (où il a tout de même planté 17 roses la saison dernière). Les autres pointes potentielles, Charlie Brown et Ibrahima Sory Bah, ont également encore tout à prouver.Brüls est resté : On a cru que le joueur des Cantons de l'Est, lié pour une saison encore au club campinois, allait céder à l'appel de son ancien club, l'AS Eupen. Finalement, le Kehrweg lui a préféré une autre plaque tournante, Victor Vazquez (33, ex-Barça et Club Bruges). Brüls, un pion crucial dans la tactique de Bob Peeters, puisqu'il approvisionne Kurt Abrahams, a l'opportunité d'obtenir un nouveau contrat et de redevenir un joueur qui apporte une réelle plus-value à la D1B.Les buts et assists de Gilles Dewaele : Gilles Dewaele (24 ans), l'ancien joueur du Cercle, a aisément assimilé son passage à Courtrai, avec lequel il a trouvé un accord dès la fin mars, pour trois saisons. L'arrière droit a une énorme capacité pulmonaire, il est à même de prendre en charge tout son flanc et lui confère constamment de la profondeur. En cas de nécessité, il peut aussi dépanner au centre de la défense. La saison passée, Dewaele a délivré de nombreuses passes tout en prouvant son efficacité avec cinq buts et trois assists.