La Pro League s'est refusée à commenter l'information. "Il n'y a rien de neuf, l'information est connue depuis la fin de la saison dernière", s'étonne Ludwig Sneyers, directeur général de la Pro League. "C'est une possibilité parmi d'autres. Nous n'avons aucun commentaire à faire sur le sujet."

Cette formule à 24 clubs répartis en deux séries de douze, avec les 16 clubs de D1 et 8 clubs de deuxième division, priverait certains "petits" clubs des affiches face aux "grands".

Le secrétaire de la Ligue nationale de football (LNF), qui regroupe les clubs de deuxième division, estime que la création d'une première division à 24 clubs, dont 8 issus de la deuxième division, serait "une bonne chose" pour la D2. "Cette proposition d'une D1 à 24 clubs répartis en deux séries de 12 clubs n'est pas neuve, mais elle est appuyée par Anderlecht, raison pour laquelle c'était dans tous les journaux mercredi", a réagi le secrétaire de la LNF Jean-Pierre Van Droogenbroeck.

"Ce serait, je pense, une bonne chose pour la D2. Notre division est scindée en deux: une moitié qui veut rejoindre la première division et l'autre moitié qui est heureuse d'être là. Deux visions s'opposent et ça freine notre travail. Il est difficile d'obtenir un consensus. Certains clubs préféreraient retrouver le football amateur."

"Nous devrons encore sonder tous les clubs de la D2 si la proposition de réforme nous impliquant se confirme, mais la plupart d'entre eux y est favorable. Nous discutons régulièrement avec la Pro League, mais il n'y a rien d'officiel. Nous dépendons du bon vouloir des clubs de D1, c'est tout de même la division supérieure à la nôtre. Nous attendons, il n'y a pas d'agenda officiellement établi."

La Pro League s'est refusée à commenter l'information. "Il n'y a rien de neuf, l'information est connue depuis la fin de la saison dernière", s'étonne Ludwig Sneyers, directeur général de la Pro League. "C'est une possibilité parmi d'autres. Nous n'avons aucun commentaire à faire sur le sujet." Cette formule à 24 clubs répartis en deux séries de douze, avec les 16 clubs de D1 et 8 clubs de deuxième division, priverait certains "petits" clubs des affiches face aux "grands". Le secrétaire de la Ligue nationale de football (LNF), qui regroupe les clubs de deuxième division, estime que la création d'une première division à 24 clubs, dont 8 issus de la deuxième division, serait "une bonne chose" pour la D2. "Cette proposition d'une D1 à 24 clubs répartis en deux séries de 12 clubs n'est pas neuve, mais elle est appuyée par Anderlecht, raison pour laquelle c'était dans tous les journaux mercredi", a réagi le secrétaire de la LNF Jean-Pierre Van Droogenbroeck. "Ce serait, je pense, une bonne chose pour la D2. Notre division est scindée en deux: une moitié qui veut rejoindre la première division et l'autre moitié qui est heureuse d'être là. Deux visions s'opposent et ça freine notre travail. Il est difficile d'obtenir un consensus. Certains clubs préféreraient retrouver le football amateur." "Nous devrons encore sonder tous les clubs de la D2 si la proposition de réforme nous impliquant se confirme, mais la plupart d'entre eux y est favorable. Nous discutons régulièrement avec la Pro League, mais il n'y a rien d'officiel. Nous dépendons du bon vouloir des clubs de D1, c'est tout de même la division supérieure à la nôtre. Nous attendons, il n'y a pas d'agenda officiellement établi."