"Une rupture de confiance", expliquait l'entraîneur de Lierse Tom Van Imschoot, lorsqu'on lui demandait à la fin du mois de janvier, après un partage de son équipe contre Mouscron, pourquoi il n'avait pas repris son capitaine Alexander Maes dans la sélection. Le coach a clairement indiqué à ce moment là que le meneur de jeu n'avait aucun avenir avec les Pallieters et qu'il devait se chercher un autre club. "Je suis un entraîneur qui aime travailler sur la base de la confiance et je ne peux pas accepter qu'elle soit violée. Tant que je serai en poste au Lierse, la porte sera fermée pour Alexander Maes", déclarait Van Imschoot dans Gazet van Antwerpen.
...

"Une rupture de confiance", expliquait l'entraîneur de Lierse Tom Van Imschoot, lorsqu'on lui demandait à la fin du mois de janvier, après un partage de son équipe contre Mouscron, pourquoi il n'avait pas repris son capitaine Alexander Maes dans la sélection. Le coach a clairement indiqué à ce moment là que le meneur de jeu n'avait aucun avenir avec les Pallieters et qu'il devait se chercher un autre club. "Je suis un entraîneur qui aime travailler sur la base de la confiance et je ne peux pas accepter qu'elle soit violée. Tant que je serai en poste au Lierse, la porte sera fermée pour Alexander Maes", déclarait Van Imschoot dans Gazet van Antwerpen.Les raisons de cette rupture de confiance ? Maes serait allé voir le président Luc Van Thillo pendant la trêve hivernale pour lui demander le renvoi de son T1. Le joueur limbourgeois était mécontent depuis un certain temps et avait même proposé au président de nommer à sa place Stijn Vreven, son ancien entraîneur au Beerschot Wilrijk. Maes aurait aussi demandé aux autres joueurs du noyau de le soutenir dans sa tentative de pustch, mais ces derniers ne l'auraient pas suivi.Le président Luc Van Thillo n'a pas apprécié la mutinerie du capitaine et lui a fait comprendre que Van Imschoot resterait le T1 de son club. Le milieu de terrain a donc été relégué dans le noyau B pour une durée indéterminée et a été prié de se chercher un autre club. Alexander Maes a nié ces accusations et s'est emporté contre Tom Van Imschoot dans une interview accordée à Het Belang van Limburg. "J'ai l'impression que l'entraîneur cherchait un bouc émissaire. J'ai essayé d'obtenir des explications, mais mes appels sont restés sans réponse. Certaines personnes m'avaient déjà prévenu avant : au début, Tom est amical, mais si quelque chose ne lui plaît pas, il vous tourne le dos et c'est fini", expliquait-il.L'aventure d'Alexandre Maes au Lierse n'aura donc duré que six mois. Arrivé au club cet été avec beaucoup d'enthousiasme, son séjour en province d'Anvers s'est donc achevé prématurément avec un gros sentiment de rancoeur et de déception.Dans sa jeunesse, Alexander Maes était considéré comme un grand talent de notre football. Le natif de Genk a été formé au Standard (il a aussi joué à Rekem, la ville d'Eric Gerets) et a été sélectionné à plusieurs reprises par les équipes nationales de jeunes de Belgique. Une grande carrière professionnelle semblait s'offrir à celui qu'on appelait parfois le nouveau Steven Defour. Il suscitait l'intérêt constant des clubs étrangers, mais toute cette attention semble avoir eu un effet paralysant sur son talent. Il n'a même finalement jamais évolué avec l'équipe première des Rouches. En 2012, Maes, alors âgé de 20 ans, est prêté au club néerlandais de Willem II. Là-bas, il s'entraîne avec l'équipe A, mais n'a pas l'occasion de jouer. Après seulement quelques mois et sans un seul match à son compteur, il revient en Belgique, où il rejoint Lommel United, en deuxième division.Le transfert de Maes à Lommel a suscité beaucoup d'attention dans les médias locaux, mais le milieu de terrain n'a pas pu jouer autant que prévu. C'était un nouveau coup dur pour le jeune homme, alors âgé de vingt ans, qui ne parvenait pas à percer chez les professionnels. Le souhait de Maes était surtout d'avoir du temps de jeu et il est donc encore descendu de deux divisions au début de la saison 2013-14. Il a rejoint le RC Hades, qui évoluait dans la quatrième division de notre football. Là-bas, le Limbourgeois a enfin pu exprimer son talent. Il s'est clairement démarqué de ses camarades et après deux excellentes saisons, il a troqué le maillot du club de Hasselt pour celui du Cappellen FC, qui évoluait un étage au-dessus, en troisième division.Grâce à ses buts et à ses passes décisives, Alexander Maes est devenu le joueur le plus important de son nouveau club. Son entraîneur de l'époque, Kevin Jansegers, ne tarissait pas d'éloges à son sujet. "Je suis convaincu qu'il a sa place en première division. En troisième division, il est au-dessus du lot. Il voit les choses beaucoup plus vite que les autres gars." A ce moment là, Maes suscite alors un intérêt grandissant intérêt parmi les recruteurs deJupiler Pro League, notamment ceux de La Gantoise. Mais c'est finalement au Beerschot Wilrijk que le Limbourgeois pose ses valises en 2016. Il recule du poste de milieu offensif à celui de milieu défensif, ce qui lui permet de directement faire son trou. A la fin de sa première saison avec le club anversois, il est promu en D1B. En deuxième division, il conserve sa place de titulaire dans l'équipe. Pour sa première saison dans l'antichambre de l'élite, le Beerschot se qualifie immédiatement pour la finale de promotion. Maes reçoit cependant un carton rouge lors du premier match, et c'est finalement le Cercle Bruges qui rejoint la D1A. La saison suivante, le Beerschot s'invite de nouveau en finale. Mais cette fois, ce sera le FC Malines qui se montrera le plus fort. Après ces deux finales perdues, les Rats ont réussi à être promus en D1A lors de leur troisième tentative. Alexander Maes, qui avait à nouveau réalisé une bonne saison, pouvait donc enfin préparer ses grands débuts dans la plus haute division de notre football. Mais son expérience n'ira pas plus loin qu'un bref remplacement lors de la journée inaugurale. Le Beerschot l'accuse de ne pas respecter les règles du coronavirus et de salir l'image du club. Le milieu de terrain a manqué de discipline et voit son contrat être résilié unilatéralement à la fin du mois de septembre 2020.Après cet épisode, Alexandre Maes n'a pas été tendre avec la direction du Beerschot. "Je suis droit dans mes bottes et je n'ai rien fait de mal. Mais bon, c'est derrière moi. Je pense que le club a d'autres problèmes que les problèmes sportifs", déclarait-il dans le podcast Eleven Insiders.Contraint de trouver un nouveau club en pleine crise sanitaire, il trouve refuge au FC Arges Pitesti, en première division roumaine. Cependant, son adaptation dans ce nouvel environnement est compliquée et il décide rapidement de s'en aller. Lors de l'été 2021, le joueur de Genk revient donc en Belgique. Au Lierse Kempenzonen, il a pris un bon départ et les résultats étaient également bons. Les bonnes performances ne durent cependant pas et le conflit interne avec l'entraîneur Tom Van Imschoot écourtera son passage à la chaussée du Lisp.Le dernier jour du mercato, Alexander Maes paraphe un contrat de 3,5 saisons avec son ancien club, le RC Hades. Les Hasselaars évoluent actuellement en division 2 amateurs.Maes se dit heureux de revenir dans le club où il s'est révélé. Il veut laisser derrière lui son expérience négative au Lierse et se projetter vers l'avenir. "Ma famille passe avant tout et je veux retrouver le plaisir de jouer. Hades était un grand club dans le passé et l'a toujours été. J'ai été chaleureusement accueilli ici et ces gens sont vraiment heureux de mon arrivée".Après six saisons, Maes, âgé de 29 ans, fait donc ses adieux au football professionnel. Il n'a jamais vraiment répondu aux attentes élevées, et son caractère difficile y est certainement pour quelque chose. Verrons-nous encore le talent autrefois vanté par certains observateurs revenir une dernière fois au plus haut niveau ? Ou est-ce définitivement la fin de son histoire ?