"Les conditions pour prononcer une suspension du Team Katusha en application de l'art. 7.12.1 du règlement antidopage de l'UCI ne sont pas réunies", explique l'institution, qui avait saisi la commission disciplinaire en date du 6 février suite aux contrôles positifs des coureurs russe Eduard Vorganov et italien Luca Paolini faisant partie de l'équipe Katusha. L'UCI a en effet considéré que le contrôle de Paolini à la cocaïne résultait d'une faute commise dans la sphère privée et que "la prise de cocaïne par le coureur concerné n'avait pas de lien avec une intention d'influer sur la performance sportive mais relève d'une prise récréative". Suite au récent contrôle positif de Vorganov au Meldonium, le 14 janvier dernier, Katusha s'exposait selon le règlement de l'UCI à une suspension, mais la commission est donc restée d'avis "qu'il serait disproportionné de suspendre une équipe du fait qu'un de ses membres consomme une drogue sociale et dont la prise n'est pas en lien avec ses performances sportives." Une procédure disciplinaire devant le Tribunal antidopage de l'UCI est toujours en cours concernant Paolini, alors que Vorganov est suspendu provisoirement jusqu'à la résolution de l'affaire. (Belga)

"Les conditions pour prononcer une suspension du Team Katusha en application de l'art. 7.12.1 du règlement antidopage de l'UCI ne sont pas réunies", explique l'institution, qui avait saisi la commission disciplinaire en date du 6 février suite aux contrôles positifs des coureurs russe Eduard Vorganov et italien Luca Paolini faisant partie de l'équipe Katusha. L'UCI a en effet considéré que le contrôle de Paolini à la cocaïne résultait d'une faute commise dans la sphère privée et que "la prise de cocaïne par le coureur concerné n'avait pas de lien avec une intention d'influer sur la performance sportive mais relève d'une prise récréative". Suite au récent contrôle positif de Vorganov au Meldonium, le 14 janvier dernier, Katusha s'exposait selon le règlement de l'UCI à une suspension, mais la commission est donc restée d'avis "qu'il serait disproportionné de suspendre une équipe du fait qu'un de ses membres consomme une drogue sociale et dont la prise n'est pas en lien avec ses performances sportives." Une procédure disciplinaire devant le Tribunal antidopage de l'UCI est toujours en cours concernant Paolini, alors que Vorganov est suspendu provisoirement jusqu'à la résolution de l'affaire. (Belga)