Avec une équipe quelque peu remaniée par rapport au match contre Saint-Trond (1-1), en témoigne les cinq changements dans le onze de base, le Racing Genk va prendre le meilleur départ. Marcus Ingvartsen a ouvert le score à la suite d'un coup franc (0-1, 17e). Mais Courtrai, sur une frappe lointaine d'Abdul Ajagun (1-1, 24e), puis grâce à Larry Azouni à l'affut d'un tir repoussé par Vukovic (2-1, 35e), a repris l'avantage. C'était sans compter sur Thomas Buffel qui, heureux de voir le ballon lui revenir dans les pieds dans le rectangle, a égalisé juste avant le repos (2-2, 45e+1).

La seconde mi-temps, au cours de laquelle De Boeck s'est fait renvoyer en tribunes, a longtemps été stérile. Il aura fallu attendre les montées de Stjin de Smet et Jérémy Perbet pour voir les 'Kerels' reprendre les commandes du match. Sur un coup franc dévié au deuxième poteau, Lucas Rougeaux a trompé Vukovic, donnant la victoire aux Courtraisiens (3-2, 87e).

Mercredi à 20h45, le Standard accueillera le Club de Bruges à Sclessin dans l'autre demie. Le Standard a partagé dimanche l'enjeu contre Anderlecht (3-3) alors que les 'Gazelles' se sont inclinées à La Gantoise (2-0). Les deux vainqueurs se rencontreront en finale, prévue le 17 mars au stade Roi Baudouin.

De Boeck s'attend à un match retour compliqué

"La victoire était méritée mais rien n'est encore fait", a prévenu le T1 des Kerels. "J'ai vraiment apprécié ce que l'équipe a montré", a expliqué De Boeck. "C'était le genre de football dont un entraîneur rêve. Je n'ai pas encore vu beaucoup d'équipes belges jouer comme nous l'avons fait en première mi-temps. Nous avons mérité notre victoire même si le résultat final ne reflète pas vraiment notre domination."

Courtrai se rendra dans le Limbourg le 6 février avec l'intention de se qualifier pour la finale. "Nous n'allons pas là-bas pour le partage", a assuré l'ancien défenseur international. "Ce sera une rencontre très compliquée et ce 3-2 est un résultat dangereux pour nous. Nous allons essayer de jouer de la même manière que ce mardi soir."

Pour Genk et son entraîneur Philippe Clement, tout est encore possible. "Nous avons bien entamé le match puis le doute s'est installé. Pas assez présents dans les duel, on a perdu trop de ballons. L'état du terrain ne doit pas être une excuse. Si le résultat à la mi-temps était heureux, nous avons mieux joué en seconde période. Courtrai a ensuite marqué le but de la victoire et c'était mérité mais je refuse de jeter l'éponge. Nous allons jouer le match retour avec la ferme intention de se qualifier pour la finale", a ponctué le T1 des Limbourgeois.

Mercredi, le Standard de Liège et le Club de Bruges s'affronteront dans l'autre demie.