"Cela enlève de la pression, la victoire était l'objectif", déclare Sam Bennett. "Ce n'était pas évident après les deux premières étapes, qui étaient dures. C'est stressant d'être la référence. Je trouve toujours cela plus compliqué quand je suis l'homme à battre sur un sprint. Tous les autres étaient en train de me chercher pour voir où j'étais. C'était assez compliqué de s'y retrouver parce que des coureurs du classement général étaient aussi à l'avant dans le final. On avait prévu de prendre les choses en main à 3 ou 4 kilomètres de l'arrivée. Mais j'ai préféré qu'on attende. Dans le dernier kilomètre, mes équipiers ont fait du bon travail. Shane Archbold m'a très bien positionné. Je me suis demandé si je ne partais pas un peu trop tôt. Mais finalement, j'avais de très bonnes jambes. Ma non-sélection pour le Giro et le Tour ? J'essaie toujours de gagner dans les courses par étapes auxquelles je participe. Cette année, il n'y a que sur le Tour de Romandie que je n'ai pas gagné. J'essaie de progresser constamment". Wout van Aert monte pour la seconde fois sur le podium au Dauphiné, après une 3e place dans la 1e étape. "Je suis très content. Un sprint massif, ce n'est pas mon truc", dit le coureur belge de 24 ans. "Je ne savais pas exactement à quoi m'attendre sur ce sprint, mais j'ai voulu essayer pour voir ce que ça pouvait donner. J'étais bien placé. Le seul moyen d'y arriver, c'était d'accélérer assez tôt. C'était la seule solution mais sur ce type de terrain, Bennett est trop fort pour moi, alors c'est déjà bien de prendre cette deuxième place". (Belga)