"Toute cette attention est gratifiante. Le cyclisme est toujours bien vivant en Belgique. Je crois que c'est la première fois que je participe à cette épreuve. En 2018, lorsque j'ai remporté le Tour, j'avais d'autres engagements et je ne pouvais pas venir à Alost. Voilà, le vide est comblé. Et le public assure l'ambiance à fond", a déclaré Thomas avant le départ. Le Britannique a assisté de très près à la bataille pour le maillot jaune entre Tadej Pogacar et Jonas Vingegaard. "J'ai fait tout ce que je pouvais pour finir le plus haut possible. La troisième place s'est avérée être le meilleur résultat que je pouvais obtenir. J'ai été impliqué à plusieurs reprises dans la bataille entre Pogacar et Vingegaard, qui n'ont pas ménagé leurs forces. Les finales d'étapes étaient intenses mais en réalité déjà bien avant. En outre, il a fait très chaud. Nous avons remporté le classement par équipes et Tom Pidcock a gagné l'étape vers l'Alpe d'Huez, un col mythique", a détaillé, le leader des INEOS-Grenadiers. (Belga)

"Toute cette attention est gratifiante. Le cyclisme est toujours bien vivant en Belgique. Je crois que c'est la première fois que je participe à cette épreuve. En 2018, lorsque j'ai remporté le Tour, j'avais d'autres engagements et je ne pouvais pas venir à Alost. Voilà, le vide est comblé. Et le public assure l'ambiance à fond", a déclaré Thomas avant le départ. Le Britannique a assisté de très près à la bataille pour le maillot jaune entre Tadej Pogacar et Jonas Vingegaard. "J'ai fait tout ce que je pouvais pour finir le plus haut possible. La troisième place s'est avérée être le meilleur résultat que je pouvais obtenir. J'ai été impliqué à plusieurs reprises dans la bataille entre Pogacar et Vingegaard, qui n'ont pas ménagé leurs forces. Les finales d'étapes étaient intenses mais en réalité déjà bien avant. En outre, il a fait très chaud. Nous avons remporté le classement par équipes et Tom Pidcock a gagné l'étape vers l'Alpe d'Huez, un col mythique", a détaillé, le leader des INEOS-Grenadiers. (Belga)