Les deux pays océaniens étaient à égalité 1-1 à la mi-temps après une ouverture du score par la Néo-Zélandaise Olivia Merry (13e) et l'égalisation 5 minutes plus tard d'Emily Smith (18e). Le score n'a plus évolué en seconde période, permettant aux Red Panthers de dépasser la Nouvelle-Zélande pour la 2e place du groupe. Si l'Australie termine première de la poule avec 5 points, la Belgique clôture avec 4 unités et une différence de buts de +1, comme la Nouvelle-Zélande, mais a inscrit deux buts de plus (8 contre 6). Pour une place en quarts de finale, les Belges de Niels Thijssen affronteront lundi (21h15) l'Espagne, tandis que la Nouvelle-Zélande aura joué juste avant face à l'Argentine (FIH-3), 2e du groupe C. Il faut remonter à l'année 1981 pour retrouver trace d'une victoire de l'équipe nationale dames en Coupe du monde. Lors de la précédente édition (disputée à 12 équipes contre 16 à présent), les Panthers n'avaient pu éviter la 12e place, en 2014, à La Haye (P-B). (Belga)

Les deux pays océaniens étaient à égalité 1-1 à la mi-temps après une ouverture du score par la Néo-Zélandaise Olivia Merry (13e) et l'égalisation 5 minutes plus tard d'Emily Smith (18e). Le score n'a plus évolué en seconde période, permettant aux Red Panthers de dépasser la Nouvelle-Zélande pour la 2e place du groupe. Si l'Australie termine première de la poule avec 5 points, la Belgique clôture avec 4 unités et une différence de buts de +1, comme la Nouvelle-Zélande, mais a inscrit deux buts de plus (8 contre 6). Pour une place en quarts de finale, les Belges de Niels Thijssen affronteront lundi (21h15) l'Espagne, tandis que la Nouvelle-Zélande aura joué juste avant face à l'Argentine (FIH-3), 2e du groupe C. Il faut remonter à l'année 1981 pour retrouver trace d'une victoire de l'équipe nationale dames en Coupe du monde. Lors de la précédente édition (disputée à 12 équipes contre 16 à présent), les Panthers n'avaient pu éviter la 12e place, en 2014, à La Haye (P-B). (Belga)