"C'est écrit dans les étoiles", a dit le coach néo-zélandais à ses joueurs avant le match, et c'est ce qu'il leur a répété avant la séance de shoot-outs décisive leur insufflant une confiance à toute épreuve, même lorsqu'ils y furent menés 2 buts à 1. "Nous devons tirer notre chapeau pour les Pays-Bas. Ils ont peut-être joué un jeu plus défensif qu'à leur habitude, c'est sans doute ce qui a été à l'origine d'une rencontre tellement serrée", estime McLeod qui s'est encore félicité de la confiance que lui témoigne tous les jours ses Red Lions. "Les gars ont travaillé très dur pour ce résultat", intervient Thomas Briels. "Parfois on perd en finale, parfois on gagne. Mais on n'en revient toujours pas d'être champion du monde et de passer N.1 au classement mondial." Car en plus de décrocher son premier grand titre, la Belgique dépasse en effet l'Australie à la première place du classement mondial. Elle devance désormais les Kookaburras et les Pays-Bas, qui ont eux aussi dépassé l'Argentine. Dimanche, au terme de la finale, Arthur Van Doren a été sacré meilleur joueur du tournoi, un trophée qui rapporta 500.000 roupies indiennes dans la cagnotte de l'équipe (6.147 euros). Vincent Vanasch fut lui élu homme du match, bon seulement pour 50.000 roupies, alors qu'Alexander Hendrickx a dû partager sa prime de meilleur buteur avec l'Australein Kieran Govers, tous deux avec 7 buts. Toutes ces primes se rajouteront bien sûr à celle de 100.000 euros promise par un partenaire de la fédération en cas de titre de champion du monde. Des montants néanmoins bien éloignés des primes reçues par les Diables Rouges après leur 3e place lors du dernier Mondial en Russie. (Belga)

"C'est écrit dans les étoiles", a dit le coach néo-zélandais à ses joueurs avant le match, et c'est ce qu'il leur a répété avant la séance de shoot-outs décisive leur insufflant une confiance à toute épreuve, même lorsqu'ils y furent menés 2 buts à 1. "Nous devons tirer notre chapeau pour les Pays-Bas. Ils ont peut-être joué un jeu plus défensif qu'à leur habitude, c'est sans doute ce qui a été à l'origine d'une rencontre tellement serrée", estime McLeod qui s'est encore félicité de la confiance que lui témoigne tous les jours ses Red Lions. "Les gars ont travaillé très dur pour ce résultat", intervient Thomas Briels. "Parfois on perd en finale, parfois on gagne. Mais on n'en revient toujours pas d'être champion du monde et de passer N.1 au classement mondial." Car en plus de décrocher son premier grand titre, la Belgique dépasse en effet l'Australie à la première place du classement mondial. Elle devance désormais les Kookaburras et les Pays-Bas, qui ont eux aussi dépassé l'Argentine. Dimanche, au terme de la finale, Arthur Van Doren a été sacré meilleur joueur du tournoi, un trophée qui rapporta 500.000 roupies indiennes dans la cagnotte de l'équipe (6.147 euros). Vincent Vanasch fut lui élu homme du match, bon seulement pour 50.000 roupies, alors qu'Alexander Hendrickx a dû partager sa prime de meilleur buteur avec l'Australein Kieran Govers, tous deux avec 7 buts. Toutes ces primes se rajouteront bien sûr à celle de 100.000 euros promise par un partenaire de la fédération en cas de titre de champion du monde. Des montants néanmoins bien éloignés des primes reçues par les Diables Rouges après leur 3e place lors du dernier Mondial en Russie. (Belga)