Les conditions climatiques ont été très difficiles pour les participants. Pluie, froid et vent ont sévi pendant toute la journée, rendant le parcours progressivement de plus en plus dur à maîtriser. "Il était à prévoir que les fautes en course allaient jouer un rôle déterminant et que celui qui en commettrait le moins sortirait son épingle du jeu", a indiqué le vainqueur du jour, Mathieu van der Poel. Ne pas aller à la faute sur ce parcours a été très difficile. "Il a fait extrêmement froid. Ce fut très compliqué à maîtriser. J'ai subi deux crevaisons assez loin du poste de matériel, ce qui m'a coûté du temps et des forces. Mais je suis parvenu à rester dans le parcours grâce aux fautes de Toon Aerts". La météo très froide et le parcours très dur ont été les principaux ennemis du jour. "J'ai eu très froid à un moment de la course, ce ne fut pas facile de rester concentré de bout en bout. Ce fut peut-être beau à voir, comme spectacle, mais il fallait gérer. J'ai perdu du temps sur Toon, notamment à cause d'un problème de dérailleur avant une côte, mais je n'ai pas senti que les choses m'échappaient". Van der Poel s'est imposé à Namur en 2015, 2016, 2018 et 2019. Le champion du monde a, par ailleurs, souligné son attachement au cyclocross de Namur dont l'avenir en Coupe du monde n'est pas garanti. "La Citadelle doit au moins rester au calendrier international. Pour la Coupe du monde, je ne sais pas. Mais ça pourrait tout aussi bien se passer dans le cadre d'une autre organisation car cette épreuve est vraiment belle et les coureurs vont toujours venir à Namur. Ce rendez-vous est certainement un des plus durs de la saison, surtout avec les circonstances que l'on a connues dimanche. Ce fut difficile de m'imposer mais j'avais déjà connu cela deux fois dans la finale à la Citadelle contre Wout Van Aert". Evoquant la saison 2020, le Néerlandais a indiqué qu'il disputerait la campagne des classiques printanières sur route avant de se concentrer essentiellement sur le mountainbike. "J'ai déjà réalisé tout ce que je voulais en cyclocross. Je dois donc me trouver de nouvelles motivations". (Belga)

Les conditions climatiques ont été très difficiles pour les participants. Pluie, froid et vent ont sévi pendant toute la journée, rendant le parcours progressivement de plus en plus dur à maîtriser. "Il était à prévoir que les fautes en course allaient jouer un rôle déterminant et que celui qui en commettrait le moins sortirait son épingle du jeu", a indiqué le vainqueur du jour, Mathieu van der Poel. Ne pas aller à la faute sur ce parcours a été très difficile. "Il a fait extrêmement froid. Ce fut très compliqué à maîtriser. J'ai subi deux crevaisons assez loin du poste de matériel, ce qui m'a coûté du temps et des forces. Mais je suis parvenu à rester dans le parcours grâce aux fautes de Toon Aerts". La météo très froide et le parcours très dur ont été les principaux ennemis du jour. "J'ai eu très froid à un moment de la course, ce ne fut pas facile de rester concentré de bout en bout. Ce fut peut-être beau à voir, comme spectacle, mais il fallait gérer. J'ai perdu du temps sur Toon, notamment à cause d'un problème de dérailleur avant une côte, mais je n'ai pas senti que les choses m'échappaient". Van der Poel s'est imposé à Namur en 2015, 2016, 2018 et 2019. Le champion du monde a, par ailleurs, souligné son attachement au cyclocross de Namur dont l'avenir en Coupe du monde n'est pas garanti. "La Citadelle doit au moins rester au calendrier international. Pour la Coupe du monde, je ne sais pas. Mais ça pourrait tout aussi bien se passer dans le cadre d'une autre organisation car cette épreuve est vraiment belle et les coureurs vont toujours venir à Namur. Ce rendez-vous est certainement un des plus durs de la saison, surtout avec les circonstances que l'on a connues dimanche. Ce fut difficile de m'imposer mais j'avais déjà connu cela deux fois dans la finale à la Citadelle contre Wout Van Aert". Evoquant la saison 2020, le Néerlandais a indiqué qu'il disputerait la campagne des classiques printanières sur route avant de se concentrer essentiellement sur le mountainbike. "J'ai déjà réalisé tout ce que je voulais en cyclocross. Je dois donc me trouver de nouvelles motivations". (Belga)