Les Etats-Unis, invaincus en effet depuis 2006 en compétition officielle, ont remporté 9 fois le titre mondial. Championnes olympiques aussi depuis 1996, les Américaines, coachées par Dawn Staley, triple championne olympique comme joueuse et double championne du monde, sont grandissimes favorites d'autant qu'elles ont rameuté leurs meilleures joueuses à l'exception de Maya Moore (repos). Diana Taurasi, 36 ans, quatre fois championne olympique et double championne du monde, Britney Griner (2m03), Breanna Stewart, 24 ans, MVP de la WNBA, sacrée avec Seattle Storm il y a dix jours à peine comme Sue Bird, 37 ans, quatre fois championne olympique et triple championne du monde, Elena Delle Donne, Aj'a Wilson, 22 ans, meilleur rookie de la WNBA, ou Kesley Plum numéro 1 de la draft, elles sont toutes là, alliant un mix explosif entre jeunesse et expérience. Elles sont presque imbattables. Ce ne sera pas l'avis de l'Espagne, vice-championne olympique, vice-championne du monde et championne d'Europe, à domicile, avide de prolonger la success-story de son coach, Lucas Mondelo et d'une génération exceptionnelle aussi autour d'Alba Torrens, Laia Palau, Astou N'Dour, Anna Cruz ou Silvia Dominguez. La France, emmenée par deux joueuses d'exception, la jeune Marine Johannes, 23 ans, et la plus expérimentée Sandrine Gruda, l'Australie de Liz Cambage (auteur de 53 points en juillet dernier dans un match de WNBA) seront les premiers outsiders. Derrière, le Canada, le Japon, la Chine, la Lettonie ou la Belgique visent une place dans le top 8 moyennant sans doute un match de barrage pour rejoindre les quarts de finale. Les Belgian Cats veulent encore surprendre après leur médaille de bronze du dernier Euro. Les demi-finales théoriques pourraient opposer les Etats-Unis à l'Espagne d'un côté, la France à l'Australie dans l'autre partie de tableau. Il s'agira de la dernière édition à 16, le plateau étant réduit ensuite à 12 (comme aux Jeux Olympiques) à partir de l'édition 2022 avec un tournoi de qualifications pour y arriver. (Belga)