"Si ce n'était pas nécessaire, elle ne devait pas jouer", a confié Philip Mestdagh, le sélectionneur national. "Les premières minutes ont été un peu difficile dans cette partie, mais après ce fut très bien. Porto Rico était peut-être faible, c'est vrai. Elles n'ont mis que 6 points en première mi-temps, mais c'est aussi parce que nous avons très bien défendu. Il fallait rester concentré en seconde période, c'est pour cela que l'on a continué à jouer en se fixant des objectifs." Une entrée en matière idéale donc pour les Belgian Cats qui vont être opposées au Japon, dimanche (14h30), un adversaire d'un tout autre calibre, quelques heures seulement après le premier duel. "Nous avons eu un match facile, le Japon a joué jusqu'au bout contre l'Espagne et a peut-être dépensé plus d'énergie, mais je ne me fais aucune illusion, le Japon sera prêt et frais à 100%." Les Japonaises se sont inclinées face à l'Espagne (84 à 71) et le duel face à la Belgique pourrait décider, au moins, de la 2e place du groupe. "C'est une équipe agressive, très rapide, très bonne en un contre un. Tactiquement aussi, les Japonaises alternent bien différents types de défense et en offense, ce sont des joueuses aussi très adroites à longue distance." Les Belgian Cats sont prévenues. Ce succès contre Porto-Rico samedi les a rapproché au moins du match de barrage que doivent disputer les 2e et 3e du groupe pour accéder aux quarts de finale. Soit l'objectif ultime des Belges. (Belga)