"C'était un match de très haut niveau. A la mi-temps, tu mènes de 22 points. Il faut rester tranquille, mais si tu laisses la France s'installer dans son rythme et que tu ne marques plus, cela devient dangereux. C'est ce qui est arrivé et les Françaises sont revenues à dix points. Heureusement, Julie Vanloo nous a remis dans le bon sens avec deux paniers et un 5-0. Maintenant, tu joues les Etats-Unis en demi-finales d'une Coupe du monde. Si tu avais dit ça il y a trois ans, on te prenait pour un fou" Ann Wauters (7 pts, 6 rebonds, 4 assists), en souffrance malgré tout, a tenu son rang face aux Françaises apportant l'indispensable dose d'expérience nécessaire aux Belgian Cats. "On a fait une première mi-temps parfaite en contrôlant leur jeu intérieur et en posant un jeu rapide. Elles ne trouvaient pas la solution. Cela nous a donné des paniers faciles qui n'ont fait que renforcer notre confiance. On a vraiment dominé, sans jamais vraiment paniquer même quand la France est revenue. On savait qu'elles allaient le faire, mais on a répondu assez vite." Samedi, ce sera un duel contre les Etats-Unis où les Belges n'auront rien à perdre. "On va d'abord essayer de réaliser ce qui nous arrive", a confié Kim Mestdag,h auteur encore de 23 points vendredi face à la France. "Comme après la victoire contre l'Espagne, il va falloir quelques heures pour vraiment se rendre compte. On va préparer le match contre les Etats-Unis, en essayant de trouver chez elles un point faible, mais je ne sais pas s'il y en a", rigole l'ailière flandrienne, 28 ans. "On peut rêver d'une médaille, pourquoi pas ? Contre les Etats-Unis, il faut être réaliste. Je veux surtout ne pas avoir de regrets et que l'on s'amuse. Après, il ne faut pas perdre de vue non plus qu'il y a encore un match après quoiqu'il arrive et rester bien concentrées", a ajouté encore Kim Mestdagh. (Belga)

"C'était un match de très haut niveau. A la mi-temps, tu mènes de 22 points. Il faut rester tranquille, mais si tu laisses la France s'installer dans son rythme et que tu ne marques plus, cela devient dangereux. C'est ce qui est arrivé et les Françaises sont revenues à dix points. Heureusement, Julie Vanloo nous a remis dans le bon sens avec deux paniers et un 5-0. Maintenant, tu joues les Etats-Unis en demi-finales d'une Coupe du monde. Si tu avais dit ça il y a trois ans, on te prenait pour un fou" Ann Wauters (7 pts, 6 rebonds, 4 assists), en souffrance malgré tout, a tenu son rang face aux Françaises apportant l'indispensable dose d'expérience nécessaire aux Belgian Cats. "On a fait une première mi-temps parfaite en contrôlant leur jeu intérieur et en posant un jeu rapide. Elles ne trouvaient pas la solution. Cela nous a donné des paniers faciles qui n'ont fait que renforcer notre confiance. On a vraiment dominé, sans jamais vraiment paniquer même quand la France est revenue. On savait qu'elles allaient le faire, mais on a répondu assez vite." Samedi, ce sera un duel contre les Etats-Unis où les Belges n'auront rien à perdre. "On va d'abord essayer de réaliser ce qui nous arrive", a confié Kim Mestdag,h auteur encore de 23 points vendredi face à la France. "Comme après la victoire contre l'Espagne, il va falloir quelques heures pour vraiment se rendre compte. On va préparer le match contre les Etats-Unis, en essayant de trouver chez elles un point faible, mais je ne sais pas s'il y en a", rigole l'ailière flandrienne, 28 ans. "On peut rêver d'une médaille, pourquoi pas ? Contre les Etats-Unis, il faut être réaliste. Je veux surtout ne pas avoir de regrets et que l'on s'amuse. Après, il ne faut pas perdre de vue non plus qu'il y a encore un match après quoiqu'il arrive et rester bien concentrées", a ajouté encore Kim Mestdagh. (Belga)