Les Espagnoles ont chuté chez elles en demi-finales 66-72 (mi-temps: 35-34) contre l'Australie qui défiera les Etats-Unis en finale dimanche à Tenerife. Plus tôt dans la journée, les Belgian Cats avaient tenu la dragée haute aux Etats-Unis s'inclinant 77 à 93 au final. La Belgique dispute la Coupe du monde pour la première fois de son histoire et accomplit un parcours de rêve dans la lignée de sa médaille de bronze à l'Euro l'an dernier à Prague. L'Espagne, championne d'Europe en titre, vice-championne du monde et vice-championne olympique, en bronze au championnat du monde de 2010, rêvait d'un premier sacre mondial. Elle devra se contenter d'un duel pour la 3e place contre la Belgique. Les Belges avaient battu l'Espagne lors de la 3e journée de la phase de groupe (72-63) pour se qualifier pour les quarts de finale de cette Coupe du monde. L'Australie, troisième mondiale en 1998 et 2002 ainsi qu'en 2014 lors de la dernière édition, avait conquis le titre mondial en 2006. La formation coachée par Sandy Brondello dispose en ses rangs de l'intérieure Liz Cambadge, 27 ans, 2m03, qui affiche une moyenne de 25,8 points par match avant la demi-finale. Très probable future MVP de la Coupe du monde, Cambadge a planté encore 33 points, 15 rebonds et 4 blocs contre l'Espagne samedi en demi-finales. En WNBA cette saison, l'intérieure de Dallas Wings avait réussi la performance d'inscrire 53 points lors d'une seule rencontre. Elle est aussi, officiellement, la première joueuse à réussir un dunk aux Jeux Olympiques (à Londres en 2012). Les Etats-Unis, invaincus depuis 2006 en compétition officielle, ont remporté 9 fois le titre mondial. Championnes olympiques aussi depuis 1996, les Américaines, coachées par Dawn Staley, triple championne olympique comme joueuse, sont grandissimes favorites d'autant qu'elles ont rameuté leurs meilleures joueuses à l'exception de Maya Moore (repos) et Angel McCoughtry (blessée). Diana Taurasi, 36 ans, quatre fois championne olympique et double championne du monde, Britney Griner (2m03), Breanna Stewart, 24 ans, MVP de la WNBA, sacrée avec Seattle Storm au début du mois comme Sue Bird, 37 ans, quatre fois championne olympique et triple championne du monde, Elena Delle Donne, A'ja Wilson, 22 ans, meilleur rookie de la WNBA, ou Kesley Plum numéro 1 de la draft, elles sont toutes là, alliant un mix explosif entre jeunesse et expérience. Les Etats-Unis visent un 10e titre mondial (en 18 éditions), le 3e d'affilée (seule l'Union Soviétique a réussi une meilleure série avec cinq titres entre 1959 et 1975). Le hic du gigantesque palmarès américain remonte à 2006 au Brésil lorsque la Dream Team est tombée de son piédestal, battue par la Russie en demi-finale. Les Russes laissant échapper le titre mondial ensuite face à l'Australie en finale. (Belga)