"Pendant 30 minutes, nous avons montré que l'on pouvait jouer avec les Etats-Unis, mais cela reste une classe au-dessus", a confié Julie Vanloo (8 pts). "Nous n'avons rien voulu laisser et nous avons pu développer un basket de très haut niveau. On peut être content pour ça, mais cela reste les USA. Et si l'on y croyait à 100% contre la France en quart de finale, peut-être ce n'était pas le cas aujourd'hui. Ce n'était pas facile de se reconcentrer après les émotions contre la France, mais il faut aller chercher à présent une médaille que l'on mérite vraiment." Même son de cloche pour Kim Mestdagh qui a mis du temps à ajuster la mire face à la pression américaine finissant avec 12 unités au compteur. "Ce fut une très belle première mi-temps avec un beau basket", a confié l'ailière flandrienne. "Ce fut plus difficile ensuite surtout quand les Américaines ont commencé à planter leurs trois points. Le danger vient de partout avec elle. C'est difficile de défendre sur tous les côtés du terrain. Leur exécution offensive est en plus presque parfaite, donc à un moment cela devient très difficile. Maintenant il y a le match pour la 3e place. A la fin d'un grand tournoi comme ça, il y a les facteurs fatigue et fraîcheur qui rentrent en ligne de compte, on verra comment on se sentira, mais on va tout donner." (Belga)