"Sur le moment, nous étions vraiment très concentrées. Il fallait rester le plus focus possible malgré l'ambiance, malgré l'enjeu, sur l'exécution de la phase de jeu demandée par le coach. Il pensait que celle-là pouvait fonctionner", explique Emma Meesseman racontant la dernière action. "Je ne me souviens alors plus très bien de la suite, parce qu'il y a l'euphorie des supporters, des joueuses, du coach. C'est une telle explosion de joie." Malgré des statistiques un peu moins exceptionnelles qu'à son habitude, la jeune ailière flandrienne, 25 ans, est pourtant la 2e meilleure joueuse de la Coupe du monde après la phase de poule derrière l'Australienne Liz Cambage (24.3 d'évaluation pour 30.3 à Cambage) et est meilleure rebondeuse du championnat du monde pour l'instant avec 13.3 rebonds de moyenne par match. Emma Meesseman termine encore avec 19 points et 8 rebonds contre l'Espagne. "Nous étions persuadées déjà avant le match que quelque chose était possible. On a bien étudié l'Espagne et déjà contre le Japon (dimanche, ndlr), nous avons joué avec une grosse énergie en revenant plusieurs fois dans le match. On a utilisé cette énergie aujourd'hui. C'est historique pour le basket féminin belge, quand on voit le nombre de supporters qui sont venus jusqu'ici, c'est incroyable !" La Belgique est ainsi directement qualifiée pour les quarts de finale comme première de son groupe et jouera contre la vainqueur de France/Turquie pour une place en demi-finale. (Belga)